Review : « The First Commandment » de Dennis Berry (1997).

© MGM

© MGM

Résumé (DVD) : Succombant à la folie des grandeurs, le chef du SG-9 se fait passer pour un dieu auprès des gens de la planète où il a été envoyé en mission. SG-1 utilise son influence pour l’empêcher de soumettre ce peuple primitif à sa volonté.

Un être humain se prenant pour un Dieu, à l’instar des Goa’ulds… C’est, en gros, le sujet exploré ici. Or, quel est l’intérêt ? A quoi bon mettre en avant une évidence (à savoir qu’il existe des humains qui, eux aussi, peuvent perdre la tête et ont la folie des grandeurs) ? L’intérêt de l’histoire semble vraiment limité, surtout qu’elle repose sur de mauvaises bases.

© MGM

© MGM

Ainsi, le background sur les anciennes fiançailles entre Jonas et Sam semble peu probable, les deux étant des militaires. Il faudra donc que l’on m’explique comment cela est possible (surtout que les auteurs nous mettront en avant cet argument soi-disant imparable pour justifier le fait que Sam & Jack n’aient jamais pu finir ensemble). De plus, Jonas Hanson étant membre du SGC, on peut supposer que le personnel recruté est soumis à de nombreux examens. Cela paraît peut probable que Stargate Command envoie n’importe quel militaire explorer d’autres mondes. La folie de Hanson ne paraît-elle pas un peu trop soudaine ? N’aurait-il pas dû y avoir des signes avant coureur ? D’autant plus qu’un second membre de son équipe est resté à ses côtés sur la planète, et exécute ses ordres. Un fou dans une équipe SG passerait encore ; deux, c’est impossible.

On apprécie cependant voir le SG-1 fonctionner à merveille, chacun ayant son moment au cours de l’épisode. Teal’c confirme ici à quel point il peut s’avérer utile, lui qui est une véritable mine d’informations sur les Goa’ulds. Malheureusement, cela reste bien maigre pour rehausser la qualité globale de l’épisode.

La production continue d’être soignée, nous offrant globalement de beaux décors, costumes et des effets spéciaux qui tiennent encore la route 17 ans plus tard. De plus, l’interprétation des acteurs est toujours impeccables – y compris les guest-stars, William Russ (Jonas Hanson) étant excellent.

© MGM

© MGM

Pour être honnête, cet épisode ne fait pas partie de mes favoris, en grande partie à cause de son intérêt assez limité. Malgré une production toujours soignée et un premier scénario écrit par Robert C. Cooper (un grand manitou de l’univers Stargate), « The First Commandment » ne se démarque en rien des autres épisodes de la série. Rien d’absolument déterminant ne s’y passe, et l’histoire n’est pas plus captivante que cela. En bref, un épisode passable malgré les quelques qualités soulignées.

N’hésitez pas à partager votre avis & vos remarques avec moi en postant un commentaire à l’article. 🙂

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Reviews

2 réponses à “Review : « The First Commandment » de Dennis Berry (1997).

  1. Oh tu es fâchée contre cet épisode haha
    J’avoue qu’il ne fait pas non plus partie de mes préférés et pour le même raisons. Et puis un mec à la tête d’une armée de monster munch c’est juste pas possible 😉

    • HAHAHAHA !!! XD Le coup des Monster Munch risque de me hanter à vie maintenant ! 😉

      Je ne suis pas fâchée contre l’épisode, c’est juste qu’il est passable – au sens littéral du terme. On peut le zapper, car rien ne s’y passe réellement. Et puis non, j’avoue qu’il ne fait pas partie de mes favoris… ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s