Review : « Bloodlines » de Mario Azzopardi (1997).

© MGM

© MGM

Résumé (DVD) : Au risque de sa vie, Teal’c retourne sur sa planète natale pour empêcher l’implantation d’une larve de Goa’uld dans le corps de son fils, Rya’c. Arrivé sur Chulak, il découvre que sa famille est proscrite et que son fils est gravement malade.

Nous entrons dans la deuxième partie de saison avec l’épisode « Bloodlines » qui nous ramène sur Chulak. Là-bas, nous faisons connaissance avec la femme de Teal’c (Drey’auc), son fils (Rya’c), et son mentor (Bra’tac). Par extension, nous en apprenons également un peu plus sur la société Jaffa, chose intéressante en soi.

© MGM

© MGM

Cependant, je ne suis pas entièrement convaincue par certains aspects de l’épisode. Premièrement, je ne comprends pas pourquoi Carter & Daniel n’ont pas eu l’idée de capturer plus d’une larve Goa’uld. Risquer leur vie pour UNE larve alors qu’il y avait la possibilité d’en prendre plus, cela paraît beaucoup trop stupide pour deux cerveaux aussi intelligents que les leurs. Surtout qu’au final, la larve servira à Teal’c, ce qui signifie qu’ils reviendront bredouilles au SGC ! Eux deux aussi bêtes que ça, c’est impossible. Deuxièmement, certaines scènes autour de Teal’c et de sa famille sont un peu trop démonstratives. Et puis, pourquoi Rya’c & Drey’auc n’ont pas traversé la Porte et rejoint le SGC puisqu’ils n’avaient plus rien perdre sur Chulak ? Troisièmement, à part nous présenter quelques nouveaux personnages, l’épisode ne fait aucune réelle avancée. Qu’avons-nous appris d’intéressant (à part que Teal’c avait une famille) ? Pas grand chose.

Côté guest-stars, c’est toujours avec plaisir que nous retrouvons Teryl Rothery dans le rôle du Dr. Fraiser. Nous découvrons avec joie Tony Amendola dans le rôle de Bra’tac, personnage pour lequel on se prend d’affection quasi immédiatement. Quand à Salli Richardson, je vous avouerais que je la préfère dans le rôle de Drey’auc plus que sa successeur (Brook Parker). Elle insuffle un côté « rebelle » à la femme de Teal’c qu’elle n’aura plus par la suite, ce qui est regrettable.

© MGM

© MGM

En bref, à défaut d’être un épisode réellement percutant, « Bloodlines » a permis d’introduire le téléspectateur a plusieurs personnages qui deviendront récurrents par la suite, le plus important étant Bra’tac (déjà merveilleusement interprété par Tony Amendola). Il ne s’agit pas de l’un des meilleurs opus de la saison à cause de ses quelques défauts, mais il reste sympathique à visionner quand même.

N’hésitez pas à partager votre avis & vos remarques avec moi en postant un commentaire à l’article. 🙂

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Reviews

2 réponses à “Review : « Bloodlines » de Mario Azzopardi (1997).

  1. Je me suis toujours posé cette question! Au lieu de risquer leur vie là-bas Drey’auc et Rya’c auraient du venir sur Terre. Ça me semblait tellement évident et puis ça aurait évité pas mal de problèmes dans l’avenir ^^

    • Il s’agit sans doute d’une pirouette des scénaristes pour donner une raison supplémentaire à Teal’c de vouloir libérer les siens. Cela rend sa quête plus personnelle encore. Mais bon, c’est vrai que c’est totalement illogique pour le coup ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s