Review : « Serpent’s Song » de Peter DeLuise (1999).

© MGM

© MGM

Résumé (DVD) : La Terre est en grand danger quand Apophis, gravement blessé, demande l’asile au SGC. Mais le SGC le défendra-t-il contre Sokar, le maléfique grand maître ?

Après un épisode assez léger et sans grande importance, Stargate SG-1 nous propose tout l’inverse. Avec « Serpent’s Song », la série ramène Apophis d’une étrange façon. Fini le Dieu entouré de ses Jaffa, le Goa’uld est seul et en mauvaise posture. Affaibli. Le SG-1 le ramène sur Terre pour l’interroger alors qu’il est mourant.

© MGM

© MGM

L’opus va donc nous offrir de très jolis face à face entre les différents membres du SG-1 et le Serpent, chacun ayant un lien particulier avec lui : c’est l’ancien Dieu de Teal’c, l’époux d’Amaunet (Sha’re étant celle de Daniel), et le père de Klorel (dont l’hôte, Skaara, est un proche d’O’Neill). Pour Sam, c’est sur la rivalité Tok’ra / Goa’uld que la scénariste va jouer. D’ailleurs, en parlant des Tok’ra, c’est un réel plaisir que de revoir Martouf qui confirme non seulement les relations amicales entre la Terre et ce peuple, mais aussi tout son potentiel en tant que personnage.

De plus, l’épisode est également important pour la suite de la série puisqu’il introduit un nouveau bad guy : Sokar est le Goa’uld responsable de la triste situation d’Apophis, ce qui en dit déjà long sur sa puissance. Aussi, le fait qu’il soit le seul à avoir réussi à traverser l’iris (même si ce n’est que son image) aide à le rendre encore plus effrayant. On sait d’ors et déjà que ce n’est pas le genre d’ennemis auquel on aimerait se frotter, et pourtant, on pressent que ce sera le cas.

© MGM

© MGM

« Serpent’s Song » est donc un très bon épisode de la série. Le scénario est bien ficelé, les acteurs font tous un travail remarquable (mention spécial à l’excellent Peter Williams qui permet à Apophis de garder tout son mordant, même lorsqu’il souffre), la réalisation de Peter DeLuise est réussite et la production est soignée (bravo aux maquilleurs pour le fantastique travail sur le vieillissement d’Apophis). En bref, un opus agréable, dramatique, poignant et important pour la suite.

N’hésitez pas à partager votre avis & vos remarques sur l’épisode avec moi en postant un commentaire à l’article. 🙂

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Reviews

2 réponses à “Review : « Serpent’s Song » de Peter DeLuise (1999).

  1. Mention spéciale à Peter Williams. On savait qu’il était un bon comédien là il nous prouve qu’il est excellent! La scène où l’hôte prend le dessus est très belle. Les divers face à face ont tous leur intérêt.
    Vraiment rien à dire sur ce très bon épisode!

    • De toutes les scènes de l’épisode, celle où l’hôte d’Apophis reprend le dessus est sans doute ma favorite. Elle est tout simplement magnifique, et Peter Williams parvient à nous toucher franchement avec son jeu.

      Merci pour ta mini review ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s