Convention Stargate Officielle de Chicago, 2014 (Partie 1).

Vendredi 15 août 2014

Le Westin O'Hare, l'hôtel où se tient la Convention Officielle. Photo : © Beyond The Gate

Le Westin O’Hare, l’hôtel où se tient la Convention Officielle. Photo : © Beyond The Gate

Nous y voici : le premier jour de la Convention ! Une fois la matinée passée, je me dirige vers la table « d’enregistrement », endroit où vous présentez votre ticket pour avoir le droit d’entrer. Et là, dans le lobby, je vois une très longue file d’attente. L’année dernière, les événements avaient fait que j’étais arrivé pile poil avant le début de la Convention, donc j’avais évité cela. C’est assez impressionnant de voir cette masse de fans attendre, trépignant d’impatience vis-à-vis du week-end qui s’annonce à eux et super heureux de se retrouver. La joie et la bonne humeur sont définitivement présentes, et tout le monde a le sourire fixé aux lèvres. Je vois également les premiers cosplayers de la Convention : des Jaffa, des Wraith, des John Sheppard, un Teal’c (déjà présent l’année dernière), une Teyla Emmagan, une superbe Nox, une Adria, et une excellente Vala Mal Doran.

Alors que j’attends patiemment comme tout le monde, je vois soudain Garry Chalk passer à ma gauche ! Il contourne la file d’attente, sans doute pour aller préparer sa table près de la Vendors Room, lieu où lui et plusieurs autres passeront une bonne partie de la Convention à signer des autographes. Quelques minutes plus tard, c’est au tour de Gary Jones de passer à ma droite ! Croiser des acteurs Stargate dans les couloirs, ça n’arrive que dans les conventions… 🙂 Je réalise soudain avec encore plus de force à quel point tout ceci m’avait manqué. Mais ce n’est pas fini : c’est au tour d’Alex Zahara de passer à ma gauche, lâchant un « Good Lord ! There’s a LOT of people ! » en voyant la longue file d’attente de fans. S’attendait-il à autre chose ? C’est pourtant un habitué. 🙂 Puis, c’est au tour de Connor Trinneer de faire une apparition, passant rapidement sur ma gauche… Tellement rapidement que je me suis demandée si oui ou non, c’était bien lui. Un large sourire ne quitte plus mes lèvres, et je trouve toujours cela si fantastique de les voir se balader à nos côtés ! C’est l’une de ces petites choses qui rendent les conventions magiques.

Alors que j’attends toujours, un couple d’américains interroge une fan derrière moi sur la raison d’une telle file d’attente. Ils ne sont vraisemblablement pas venus pour la Convention, et se demandent ce qu’on attend tous. La fan lui répond alors : « We are waiting to register for the Stargate Con ». « The what ? », répond l’homme. Le pauvre. Il a l’air encore plus paumé. La fan lui explique alors de quoi il en retourne. Il ne connaît visiblement pas Stargate, et demande si c’est comme Star Trek

Au final, j’arrive enfin auprès de la table. Je présente mon Gold Ticket, et on me donne mon « badge », mon bracelet Creation Entertainment (tout deux nécessaires pour pouvoir entrer dans la grande salle) et un programme. C’est sur ce dernier qu’est annoncé la bonne nouvelle : il y aura bel et bien une Convention Stargate supplémentaire en 2015. Creation avait mis en place quelques semaines auparavant un sondage sur leur site, interrogeant les fans sur leur volonté de voir la Convention Officielle se poursuivre. Évidemment, les Gaters avaient répondu « OUI » en masse (plus de 90% des voix apparemment), et Creation a donc décidé de poursuivre la chose. Pour combien de temps ? Nul ne le sait. Mais cela fait plaisir de voir que Stargate reste une franchise extrêmement populaire, malgré le fait que les séries aient été annulées il y a plusieurs années maintenant.

Après le déjeuner, je me dirige donc vers la grande salle. Alors que je pénètre dans la pièce pour la première fois depuis l’année dernière, je remarque qu’ils ont changé un tantinet la scène. Celle-ci est désormais encadrée de deux écrans géants, permettant ainsi aux fans les plus éloignés de la scène de bien voir les acteurs quand même. De plus, l’éclairage semble avoir été un peu amélioré. Personnellement, j’étais mieux placée que l’année dernière. Mon siège était le F26, donc j’étais un peu plus près de la scène que précédemment. Encore une fois, je me trouvais dans une rangée du côté droit, proche de la porte par laquelle les acteurs entrent avant d’aller faire leur panel…

De 14h55 à 15h40 : Garry Chalk.

Photo : © Beyond The Gate

Photo : © Beyond The Gate

Je prends donc place sur mon siège pour la première fois du week-end pour écouter Garry Chalk, alias le Colonel Chekov de Stargate SG-1. Physiquement, Garry est exactement comme à l’écran. Il n’a pas changé depuis ses années sur la série. Mais il est bien plus sympathique, moins froid, et plus chaleureux que son personnage. En fait, au lieu de laisser les fans faire la queue près de la scène pour lui poser des questions, il va directement à eux, traversant la salle de long en large et passant à travers les rangées de chaises. Du coup, les écrans géants s’avèrent très utiles pour moi aussi, qui peut ainsi suivre son panel sans avoir besoin de me retourner.

Garry Chalk. Photo : © Beyond The Gate

Garry Chalk. Photo : © Beyond The Gate

Garry a un vrai sens de l’humour. Il s’est amusé à prendre son accent russe, râlant et pestant avec un sourire comme quoi ÉVIDEMMENT c’était son vaisseau (le Korolev) qui avait explosé à la fin de la série (dans l’épisode « Flesh and Blood », 10#01). Car si quelqu’un devait y passer, c’était les Russes pardi ! Il a ajouté avec humour qu’on lui a dit sur le plateau que Chekov n’était peut-être pas mort, qu’il avait sans doute eu le temps d’atteindre l’une des capsules de survie, et qu’il flottait tout simplement dans l’espace en attendant que quelqu’un vienne le sauver. Il nous a aussi déclaré qu’il ne parlait pas le Russe, tout du moins quasiment pas. Les seuls mots dont il se souvient dans cette langue sont des injures ! Lorsqu’un fan lui demande dans quelle série il aurait préféré jouer s’il avait eu le choix (parmi celles de la franchise), Garry nous dit qu’il était heureux d’avoir travaillé sur SG-1… mais qu’il aurait bien aimé travaillé sur Atlantis aussi pour les « hot Wraith chicks » ! D’ailleurs, il enchaîne avec une anecdote sur le sujet : un jour, alors qu’il tournait sur SG-1, il a décidé d’aller faire un tour sur le plateau d’Atlantis. L’épisode du jour était réalisé par Mario Azzopardi. Discrètement, il va s’incruster dans un plan… ce qui ne sera pas du tout du goût du réalisateur maltais qui, réalisant que quelque chose ne va pas, se met à lui hurler : « YOU ASSHOLE ! Get out of here ! YOU ASSHOLE ! ». Il en rigolait encore en nous racontant cette anecdote.

Garry Chalk. Photo : © Beyond The Gate

Garry Chalk. Photo : © Beyond The Gate

A partir de 15h45 : Photo Op avec Garry Chalk.

Une fois son panel fini, Garry Chalk s’en va faire des Photo Ops avec les fans. Il en fera chaque jour. Cependant, à la vue du programme chargé qui m’attend demain et dimanche, je préfère aller faire ma photo avec lui immédiatement. Dans la file d’attente, je réalise que malheureusement, le Jet Lag est bel et bien présent malgré le fait que je sois arrivée une journée avant. Je me sens fatiguée, mais peu importe. Lorsque c’est mon tour, Garry se tourne vers moi, me sourit, et dit « Hi ! » avec un regard charmeur. « How are you doing ? » me demande-t-il. « Good, thank you », lui répondis-je tout en plaçant ma main dans son dos. Il place la sienne sur ma hanche, et le photographe (Chris Schmelke) réalise son cliché. Je le remercie, il en fait de même, et je me dirige vers la sortie.

Alors que je me dirige de nouveau vers la Ballroom pour assister au deuxième panel de la journée, Connor Trinneer passe juste devant moi, me confirmant que c’était bel et bien lui que j’avais vu plus tôt dans la journée. Je le trouvais déjà plutôt pas mal à l’écran, mais il dégage quelque chose de plus en vrai. C’est donc dans tous mes états que je retourne m’asseoir à ma place.

De 16h00 à 16h45 : Alex Zahara & Dan Payne.

Photo : © Beyond The Gate

Photo : © Beyond The Gate

L’année dernière, Alex Zahara (Michael le Hippie dans « 1969″, Warrick dans « Space Race », Xe’ls dans « Spirits », un Unas, etc. dans Stargate SG-1) et Dan Payne (le Super Soldier de SG-1 et le Über Wraith d’Atlantis, entre autres) avaient fait partie des invités qui m’avaient le plus marqué. Ces deux-là sont hilarants. Meilleurs amis dans la vie (ils vivent même à une demie-heure l’un de l’autre), leur duo fonctionne à merveille chaque année sous nos yeux. J’étais donc extrêmement heureuse de les retrouver à nouveau. D’ailleurs, je pense sincèrement qu’une Convention Stargate sans eux serait moins drôle – tout du moins, ce ne serait pas la même chose. Ils nous apportent tellement de joie, de rires et d’amitié pendant ces quelques jours ! D’ailleurs, ils nous disent immédiatement que la Convention Stargate est l’un des meilleurs moments de l’année pour eux, car ils adorent sincèrement passer du temps et délirer avec nous, les fans.

Dan Payne & Alex Zahara. Photo : © Beyond The Gate

Dan Payne & Alex Zahara. Photo : © Beyond The Gate

Interrogés sur leur rôle favori dans Stargate, Dan répond le Über Wraith de « Sateda » (Stargate Atlantis03#04) tandis qu’Alex opte pour Michael le Hippie (Stargate SG-1). D’ailleurs, Dan en profite pour parler de Jason Momoa, et du fait qu’il était content d’avoir travaillé avec lui à l’époque, puisque maintenant il ne l’affronterait plus. La raison ? « A l’époque, on était à peu près équitable au niveau des muscles. Depuis, j’imagine qu’il a mangé beaucoup de steaks, car ses bras sont énormes ! Je ne veux plus de problèmes avec lui ! ».

Un fan leur demande ce que cela faisait d’avoir les prothèses sur le visage et si cela les avait dérangé (les deux hommes ayant souvent joué des rôles d’aliens dans les séries) : Alex et Dan répondent tout deux par la négative. Cela ne les dérangeait pas, car « c’est comme porter un casque ». Toutefois, ils enchaînent tout deux avec des anecdotes sur le sujet : par exemple, Dan plaisante sur le fait qu’au début, la première fois qu’il avait dû subir la transformation en Wraith, il avait regardé tout le travail effectué et s’était vu métamorphosé en cette créature… Mais les fois suivantes, il s’endormait systématiquement sur sa chaise, car il fallait des heures pour compléter sa transformation, et qu’on lui demandait d’être présent à 4h du matin afin de pouvoir commencer le tournage à l’heure. Alex, quand à lui, se rappelle du jour où il s’est endormi en plein tournage de « Foothold » (SG-1, 03#14), car il faisait trop chaud sur le plateau. Son visage étant entièrement dissimulé sous un masque d’alien, il pensait que personne ne le verrait. C’est Amanda Tapping qui l’a réveillé doucement en lui disant « Alex, you’re snoring ! ».

Dan Payne & Alex Zahara. Photo : © Beyond The Gate

Dan Payne & Alex Zahara. Photo : © Beyond The Gate

Dan partage aussi son expérience en tant que cascadeur, disant que les gens qui font ce métier méritent tout le respect du monde. Il n’a pas vraiment choisi cette voie, et déclare qu’il n’en fera peut-être plus jamais. Il nous raconte ainsi le jour où il a eu une commotion cérébrale sur le plateau de Stargate : il était tellement sonné qu’il ne se souvenait plus de son prénom (« Dan ? Hm. Kinda sounds familiar… Oh, wait. It’s me ! »).

Dan nous raconte avec humour qu’il a failli embrasser Michael Shanks lors de l’épisode « Prometheus Unbound » (SG-108#12), lorsqu’il jouait Vala dans le costume du Super Soldier. Une fan interroge Alex Zahara sur son absence sur Twitter, et l’acteur répond qu’il va se créer un compte très bientôt.

Les deux hommes parlent également de leurs projets les plus récents : Dan parle de son rôle dans la série Supernatural, et du fait qu’il a joué la Bête dans Descendants de Disney (il a d’ailleurs plaisanté sur le fait qu’il craignait qu’on lui fasse porter encore une fois des prothèses, mais qu’il a été rassuré en apprenant qu’il jouerait le rôle de la Bête telle qu’elle est à la fin du dessin animé, c’est à dire de nouveau humaine) ; quand à Alex, il a parlé un peu de son rôle dans Once Upon A Time, et nous annonce en grimaçant un peu, comme pour s’excuser, qu’il vient de tourner dans un film dans lequel, pour la première fois, il a dû tourner une scène d’amour…

Dan Payne & Alex Zahara. Photo : © Beyond The Gate

Dan Payne & Alex Zahara. Photo : © Beyond The Gate

Bref, leur panel était fort sympathique et humoristique, comme à chaque fois. J’adore ces mecs !

De 16h45 à 17h30 : Gary Jones.

Photo : © Beyond The Gate

Photo : © Beyond The Gate

Sans temps mort (ou presque), nous enchaînons avec le panel de Gary Jones (Walter Harriman, Stargate SG-1). C’est toujours un plaisir immense de le voir, car lui aussi est hilarant. Il arrive sur scène, et nous raconte sa rencontre d’il y a quelques mois avec une fan (qu’il a déjà relaté dans cette interview). Il nous disait que quelqu’un l’avait présenté comme un « acteur de Stargate » à une jeune fille, et qu’elle était partie dans une quasi hystérie. Elle lui a demandé si il accepterait de prendre une photo avec elle ; il a accepté immédiatement. La fan, super heureuse, prend une photo avec lui, puis, toujours surexcitée, lui demande si elle peut lui poser une question. Gary accepte. Elle lui dit : « Ça veut dire quoi, ça ? » en faisant le salut Vulcain, typique de… Star Trek ! Gary comprend alors immédiatement qu’elle a confondu les deux shows, et lui explique donc la signification du signe, précisant que c’était dans Star Trek et que lui avait joué dans Stargate. « What the hell is Stargate ? » lui réplique alors la fan. Gary lui dit que ce serait un peu long à expliquer, et lui lance qu’elle n’a plus qu’à effacer la photo de son portable maintenant, puisqu’elle ne connaît pas du tout la série. « What ? No way ! I want to show it to my friends ! », répond-elle. Gary plaisantait donc en disant qu’elle allait montrer la photo d’eux à ses amis, et leur demander « Who the hell is this guy ? ».

Gary Jones. Photo : © Beyond The Gate

Gary Jones. Photo : © Beyond The Gate

Il nous a également avoué qu’il avait failli se faire virer de Stargate SG-1 dès l’épisode pilote ! En effet, alors qu’il tournait « Children of the Gods » (01#01 & 01#02), on lui a dit de patienter dans la salle de contrôle du SGC pendant que le tournage d’une autre scène s’effectuait. Mais cela avait duré bien plus longtemps que prévu, et il s’était assoupi. C’est alors qu’il entend « Plok ! Plok ! » sur la vitre. Il se réveille : c’était Mario Azzopardi (le réalisateur de l’épisode) qui lançait des pièces sur la vitre pour le réveiller, lui faisant signe immédiatement de ne pas dormir. Le lendemain, rebelote : on lui demande de patienter dans la salle de contrôle pendant que d’autres scènes se tournent, et il s’assoupit à nouveau. Des « Plok ! Plok ! » le tire de son sommeil encore une fois : Mario Azzopardi lui fait signe que c’est la deuxième fois déjà, lui faisant comprendre que la prochaine fois, c’est la porte. Fort heureusement, ça ne s’est pas reproduit, et il a tenu bon pendant les dix saisons de SG-1. D’ailleurs, il précise qu’à une époque, il ne vivait qu’à quinze minutes du plateau, et que la plus courte journée de travail qu’il avait eu s’était réglée en une demie-heure ! « I was back before breakfeast ! BEST JOB EVER ! ».

Il nous a également parlé de son plaisir de retrouver l’équipe sur la série Sanctuary le temps d’un épisode, et nous a raconté l’origine du nom Walter Harriman (qu’il nous avait déjà conté l’année dernière, si je ne m’abuse). Il plaisante beaucoup sur le fait que Walter ne quittait jamais sa chaise, et qu’il avait fini par la détester avec passion. Il ajoute même avec humour que si il y avait eu une figurine à son effigie, elle aurait été vendue avec une chaise ! Il enchaîne avec une anecdote sur l’épisode « Avatar » (SG-1, 08#06), disant que même dans la simulation du SGC, il était quand même mort dans cette foutue chaise, nous faisant une imitation hilarante de la scène en question !

Gary Jones. Photo : © Beyond The Gate

Gary Jones. Photo : © Beyond The Gate

Bref, comme d’habitude, Gary Jones nous fait rire aux éclats pendant son panel. Une fois terminée, je quitte la Grande Salle…

A partir de 17h45 : Photo Op avec Gary Jones.

J’enchaîne avec ma Photo Op avec Gary Jones. Il l’avait annoncé sur Twitter, et l’a confirmé pendant son panel : il a amené avec lui son costume de Walter Harriman, lunettes incluses ! C’est donc dans la peau de son personnage qu’il va faire des photos avec les fans (et ce tous les jours). N’est-ce pas fantastique ? Qui d’autre peut faire une chose pareille ? C’était le seul lors de la Convention en tout cas, et c’est sans doute la première fois que je vois ça ! Malheureusement, il n’y a pas une grande histoire derrière ma Photo Op. Comme Monsieur Chalk avant lui, il se contente de me lancer un sourire en disant « Hi ! How are you ? » avant de placer sa main sur mon épaule et de poser. Ensuite, on se remercie mutuellement, et je retourne faire la queue, cette fois-ci pour Tony Amendola.

A partir de 17h55 : Photo Op avec Tony Amendola.

Bra’tac est sans doute l’un de mes personnages secondaires préférés, donc j’étais impatiente de rencontrer Tony. Lui non plus n’a pas changé depuis ses années Stargate, et il semble heureux d’être là. A l’instar de celle avec Gary Jones, ma Photo Op avec lui se limitera à un « Hi, how are you ? » juste avant le cliché, et un « Thank you ! » juste après. Mais quel plaisir de l’approcher !

De 18h15 à 18h55 : Tony Amendola.

Photo : © Beyond The Gate

Photo : © Beyond The Gate

Ensuite, me voici de retour dans la Ballroom pour le panel de Tony Amendola (Bra’tac, Stargate SG-1). Il nous parle de sa participation aux séries Continuum (dans laquelle il a retrouvé Lexa Doig) et Once Upon A Time. Il nous confie que son épisode de SG-1 favori est « Threshold » (05#02), et plaisante au sujet du casque de Bra’tac. Lorsqu’un fan lui demande si le fort lien entre Teal’c et son personnage s’est également crée entre lui et Christopher Judge, Tony répond par l’affirmative, disant à quel point il avait aimé travailler avec lui, ainsi qu’avec le reste de la distribution.

Tony Amendola. Photo : © Beyond The Gate

Tony Amendola. Photo : © Beyond The Gate

J’ai vraiment apprécié son panel, Tony étant fort sympathique et plaisantant souvent. Toutefois, le Jet Lag se faisait vraiment ressentir et je me sentais fatiguée. C’est peut-être pour cela que j’ai dû mal à me souvenir de tout ce qu’il a dit… Cela me reviendra sans doute et, si c’est le cas, je compléterais cet article.

A partir de 19h15 : Duo Photo Op avec Dan Payne & Alex Zahara.

A 19h, la séance d’autographe de Tony Amendola est censée débuter. Mais vu que l’on doit y aller rangée par rangée et que je suis à la F, j’ai un peu de temps devant moi. Je décide donc d’en profiter pour aller faire ma photo op en duo avec les excellents Dan Payne & Alex Zahara. Eux aussi feront des photos tous les jours. Il y a pas mal de monde dans la file d’attente, puisque c’est bien connu : Alex & Dan font toujours des photos délires lorsqu’ils sont ensemble. Une fois que je fais partie des personnes de la file d’attente présentes dans le « studio photo » improvisé pour l’occasion, je les regarde et je ne peux m’empêcher de rire. Ils sont incapables de rester sérieux, écoutent les propositions des fans pour les photos ou en proposent eux-mêmes afin d’obtenir des clichés toujours plus délirants. Je tente de trouver une idée rapidement, mais mon cerveau est trop fatigué.

Alors que c’est mon tour, Alex me fait face et m’interroge :

Alex : « Hi ! What do you want, sweetheart ? »

Moi : « I have NO idea »

Alex (mettant ses mains derrière mon dos, et se tournant vers son pote) : « Dan, grab her legs ! »

Qu…quoi ? Pardon ? Avant même d’avoir le temps de réaliser, Dan s’exécute et attrape mes jambes. Je n’arrive pas à croire que je suis dans leurs bras ! Dan tient mes jambes, et Alex, mon dos. Amusée, je souris pour le photographe, mais je regrette de n’avoir fait aucun geste. Je mets ça sur le compte de la surprise, mais quand même. Une fois le cliché prit, ils me reposent. Je les remercie, et Dan me regarde avec un grand sourire et me remercie à son tour tandis qu’Alex se tourne vers la fan suivante.

Une fois sortie de la salle, je jette un œil sur la table située à côté de l’entrée, et sur laquelle sont posées toutes les photo ops pour que les fans viennent les récupérer. Je prends alors les miennes : malheureusement, le Jet Lag a définitivement laissé des traces sur mon visage. Cela se voit sur mes photos avec Garry & Gary, bizarrement un peu moins sur celle avec Tony (qui est, jusqu’ici, ma préférée). C’est dommage ! J’ose espérer que les prochaines seront plus réussies.

A partir de 19h30 : Autographe de Tony Amendola.

Je retourne ensuite dans la grande salle, et j’attends que notre rangée soit appelée. On nous annonce immédiatement que, vu le grand retard que nous avons sur le programme, les autographes de Tony Amendola ne seront PAS personnalisés. Ils ont beau se répandre en excuses, cela n’empêche qu’on est tous très déçu par cette nouvelle. Après plusieurs minutes, c’est à notre tour. Ce sera mon premier autographe de la Convention, et là, dans la file d’attente, j’espère sincèrement pouvoir avoir une petite discussion avec Tony Amendola. Celui-ci semble d’ailleurs heureux d’être là, et ne se fait pas prier pour discuter avec les fans… Bientôt, c’est au tour de la femme se situant devant moi de passer. Elle a un petit chien, et cela attire immédiatement l’attention de Tony, qui l’interroge à ce sujet. Tout en signant l’autographe, l’interprète de Bra’tac continue de papoter avec la fan… Soudain, sans doute par automatisme, il prend ma photo et la signe aussi, sans un regard envers moi. Mince. La femme au chien m’a volé mon moment. La petite conversation entre eux s’achève et, enfin, Tony me regarde avec un sourire et me dit « How are you ? ». « Good », répondis-je tout en prenant ma photo déjà dédicacée. Je ne dois pas interrompre la file d’attente (surtout que, comme je l’ai indiqué précédemment, nous étions déjà très en retard), donc je m’en vais, la mort dans l’âme de ne pas avoir pu parler un peu avec Tony. C’est vraiment dommage, et à ce moment là j’espère sincèrement que ce ne sera pas chose récurrente cette année.

De 21h30 à 22h30 : The Friday Night Celebrity Cabaret avec Gary Jones, Tony Amendola & Garry Chalk.

Gary Jones. Photo : © Beyond The Gate

Gary Jones. Photo : © Beyond The Gate

Une fois l’autographe de Tony en main, je reste dans la grande salle pour le Friday Night Celebrity Cabaret. Le spectacle commence avec Gary Jones, qui nous raconte une anecdote sur sa vie : le jour de ses 17 ans, il a conduit pour la toute première fois. C’était une conduite accompagnée, donc il était au volant de la Chevelle familiale. Son père était assis sur le siège passager, sa mère et sa sœur (ou son frère, j’ai un doute soudain) à l’arrière. Il était tellement nerveux qu’il s’est mis à accélérer comme un malade ! Il nous disait qu’à l’époque, il ne savait même pas où était le frein ! Bref, il a foncé comme un fou, et a failli tué toute sa famille. La manière dont il racontait la chose et imitait la réaction des différents membres de sa famille était tout simplement hilarante. J’en pleurais de rire tellement c’était drôle ! D’ailleurs, c’est lui qui remporte le prix de la meilleure performance au Cabaret de cette année à mes yeux.

Tony Amendola. Photo : © Beyond The Gate

Tony Amendola. Photo : © Beyond The Gate

Ensuite, c’est Tony Amendola qui est monté sur scène, racontant des histoires drôles, des blagues, … Un petit intermède sympathique, avant que Garry Chalk ne prenne le relais, débarquant avec sa guitare. J’ignorais que Garry chantait aussi bien ! Il nous a interprété plusieurs titres, et c’était un plaisir de l’écouter. Cela dit, me sentant vraiment très fatiguée à ce moment là, je me dis immédiatement que je vais devoir zapper le Karaoke cette année encore (ce qui est tellement dommage tant j’adore Alex & Dan !).

Garry Chalk. Photo : © Beyond The Gate

Garry Chalk. Photo : © Beyond The Gate

D’ailleurs, en parlant d’Alex Zahara, il est déjà dans les parages et monte sur scène alors que Garry chante toujours. Quand monsieur Chalk le voit, il lui dit de s’asseoir devant lui, indiquant qu’il va interpréter une chanson spécialement pour lui… Immédiatement, Alex lui fait le visage empli d’amour de celui qui va recevoir une sérénade, et il n’arrêtait pas de faire des expressions faciales amusantes pendant toute la chanson ! Il a même fini par prendre son téléphone portable, et s’en est servi comme d’un briquet à un concert !

Alex Zahara & Garry Chalk. Photo : © Beyond The Gate

Alex Zahara & Garry Chalk. Photo : © Beyond The Gate

Bref, j’ai encore beaucoup ri lors du Cabaret cette année – toute la journée, même. Je suis aux anges d’être de retour dans cette Convention, et j’ai hâte d’être à demain !

Rendez-vous demain sur le blog pour la deuxième partie du résumé de la Convention Officielle ! 🙂

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Conventions

2 réponses à “Convention Stargate Officielle de Chicago, 2014 (Partie 1).

  1. Oh Connor fait son apparition ;))
    Le moment avec Dan & Alex pendant la photo est juste géniale! Tu sens qu’ils aiment être là avec les fans.
    J’adorerais rencontrer Tony Amendola!

    • Haha, oui, les premières ! 😉
      Oh oui, je confirme, ils adorent ça… et nous aussi ! Je les revois encore en train de me porter… hahaha XD.
      Je te le souhaite !

      Merci pour ton com’ !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s