Review : « Scorched Earth » de Martin Wood (2000).

© MGM

© MGM

Résumé (DVD) : L’équipe SG-1 se retrouve face à deux civilisations tentant de coloniser la même planète. Ils doivent trouver une solution à ce dilemme éthique ou faire face à l’extinction d’une race entière.

Stargate SG-1 continue de varier agréablement les thématiques de sa saison en proposant avec « Scorched Earth » un épisode diplomatique. En effet, le scénario (signé Joe Mallozzi & Paul Mullie) force le spectateur à prendre parti. Si au début de l’opus, les « envahisseurs » venant terraformer la planète semblent maléfiques aux yeux du peuple Enkaran (venant tout juste de s’installer sur ce monde), les choses vont vite changer et apparaître bien plus complexes.

© MGM

© MGM

Ainsi, Lotan (interprété avec talent par Brian Markinson) est un personnage intéressant, représentant presque à lui tout seul le conflit puisqu’il est envoyé par les Gad-Meer MAIS a été crée de toutes pièces à l’image des Enkaran. Il est sympathique, curieux, pacifique, et à mille lieux de ce que le spectateur peut attendre au début de l’épisode. Il fait preuve de compassion vis-à-vis du peuple présent sur la planète, et cherche une solution pour les aider. Bref, si le visuel du vaisseau spatial des Gad-Meer impressionne et donne une image destructrice, Lotan démontre que ce peuple est tout le contraire. D’où un conflit moral des plus intéressants : les deux peuples méritent de vivre, mais ne peuvent partager la planète. Or, ce monde est l’un des rares à pouvoir accueillir en son sein la physiologie des Enkaran, tout comme il est l’un des rares à remplir tous les critères pour la terraformation voulue par les Gad-Meer. Aucun ne représente le Bien, et l’autre le Mal. Il s’agit juste de deux peuples se battant pour avoir le droit de vivre sur la même planète. En cela, Stargate SG-1 prouve qu’elle n’a pas peur de son univers complexe, choisissant une narration peu commune et forçant presque le spectateur à choisir son camp, là où tant d’autres séries seraient restées sur un système manichéen.

Le militaire qu’est Jack O’Neill va d’ailleurs se sentir obligé de prendre parti, écoutant son cœur et souhaitant aider les Enkaran (apparaissant plus « faibles » puisqu’il s’agit d’un simple peuple pastoral, loin du géant technologique que semble être la civilisation des Gad-Meer), et prenant ainsi la mauvaise décision. Le leader du SG-1 qui fait le mauvais choix, c’est rare, mais ce sont des détails comme ça qui aide à humaniser nos héros. On retrouve d’ailleurs de nouveau les conflits Jack-Daniel (déjà vu cette saison dans « The Other Side », 04#02), le Docteur Jackson comprenant bien que l’enjeu est plus grand, que les deux peuples méritent également la vie, qu’on ne peut pas sacrifier une civilisation pour en (re)construire une autre. C’est d’ailleurs de lui que viendra la solution qui, certes, pourrait paraître simple si elle n’avait pas été aussi bien amenée. Il semble en effet fort logique que le vaisseau des Gad-Meer ait scanné de très nombreuses planètes (puisqu’ils semblaient chercher LE monde parfait depuis bien longtemps), et il n’est donc pas étonnant qu’il soit passé par la planète d’origine (et dépourvue de Stargate) des Enkaran (que ceux-ci seront ravis de retrouver).

La réalisation de Martin Wood permet de bien montrer les grandes différences entre les deux peuples qui s’opposent, ainsi que le nouveau changement de dynamique que le conflit entre les membres du SG-1 opère. Les acteurs font tous un excellent travail tout au long de l’opus, guest-stars compris.

© MGM

© MGM

« Scorched Earth » constitue donc un nouveau très bon épisode de la série. Certes, c’est un opus indépendant dont l’histoire ne fait avancer aucune des grandes storylines en cours de la série, mais le scénario est bien ficelé, et on apprécie que le recours à la force ne soit pas la solution pour une fois. Un dénouement pacifique, ça fait du bien, et c’est plus original qu’une énième guerre, non ?

N’hésitez pas à partager votre avis & vos remarques sur l’épisode avec moi en postant un commentaire à l’article. 🙂

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Reviews

2 réponses à “Review : « Scorched Earth » de Martin Wood (2000).

  1. C’est un super épisode qui pour les différentes raisons que tu as évoqué, sort de l’ordinaire. Il est délicat de choisir entre les uns ou les autres, ils méritent tous de vivre. Heureusement que notre bon vieux Daniel va parvenir à résoudre ce problème épineux. Mention spéciale à Brian Markinson, qui il est vrai, joue à merveille son rôle.
    Le seul point négatif, si on peut dire, c’est que nous ne reverrons jamais les Gad-Meer. Alors que cette civilisation a l’air très intéressante par ses diverses richesses. Et elle changeait des civilisations que nous avions l’habitude de voir dans la série.

    • C’est vrai qu’il est fort dommage que nous n’ayons plus jamais entendu parler des Gad-Meer – à croire qu’ils se sont contentés de rester bien au chaud dans leur coin de l’univers. En même temps, ils étaient peut-être occupés à reconstruire leur civilisation, donc on ne peut leur en vouloir. Mais je suis d’accord sur le fait que c’est dommage. J’aurais bien aimé en savoir plus sur eux, moi aussi. 🙂

      Merci pour ton com’ !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s