Review : « Shadow Play » de Peter DeLuise (2002).

© MGM

© MGM

Résumé (DVD) : Les Kéloniens, le peuple dont Jonas est issu, craignent que les deux autres puissances qui contrôlent leur planète ne s’allient et ne leur déclarent la guerre. Ils demandent au SGC une assistance militaire pour pouvoir se défendre sans utiliser la nouvelle arme qu’ils viennent de mettre au point : une bombe au Naquadria, un isotope extrêmement radioactif au Naquadah.

Après avoir passé le premier quart de saison à faire en sorte qu’il soit bien intégré au SG-1, la série va confronter Jonas Quinn aux conséquences qui l’ont mené à quitter les siens. « Shadow Play » va ainsi le forcer à retourner sur sa planète où la situation est devenue plus que critique. Ainsi, les dirigeants de son gouvernement, Kelowna, sont sur le point d’utiliser la bombe au Naquadria sur ses voisins… à moins que nous autres Terriens ne nous décidions à les aider à se défendre en leur procurant une aide militaire. Mais bien sûr, on ne partage pas des armes comme ça…

© MGM

© MGM

Autant le dire tout de suite, les relations entre les peuples sont tendues, et Jonas vit mal d’être considéré comme un traître aux yeux des siens. Le parallèle avec Teal’c est à nouveau exploré, les deux hommes ayant même une très belle scène au début de l’épisode où le Jaffa conseille à Jonas de ne pas laisser leur vision des choses lui faire oublier la juste cause qui l’a mené à rejoindre la Terre. Jonas va d’ailleurs démontrer sa fidélité envers la planète bleue plusieurs fois au cours de l’opus, et on ne peut qu’être touché par sa volonté de combattre pour la paix sur sa planète.

Jonas est donc au centre du récit et sa relation avec le Dr. Kieran (formidablement interprété par Dean Stockwell) va être mise en avant. La révélation comme quoi ce dernier est schizophrène est bien amenée, mais on regrettera que l’épisode n’apporte, au final, pas grand chose. Le SG-1 repart sans faire de traité pour avoir accès au Naquadria (même s’ils ont réussi à en obtenir pas mal grâce à la « Résistance », ce qui aura un futur impact sur l’avancée de nos voyages interstellaires au cours de la saison), et Kelowna n’est pas plus avancée. L’ensemble est touchant et intelligent, certes, mais il manque un petit quelque chose pour convaincre entièrement.

© MGM

© MGM

« Shadow Play » ramène Stargate SG-1 du côté des opus diplomatiques, où les débats ne sont pas simples. Si le cœur même de l’épisode tournant autour du background de Jonas et de sa relation avec le Dr. Kieran est touchant, le scénario réussit plus en définitive à nous montrer que Monsieur Quinn est désormais complètement intégré au SG-1, et qu’il est un atout de taille pour la Terre.

N’hésitez pas à partager votre avis & vos remarques sur l’épisode avec moi en postant un commentaire à l’article. 🙂

 

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Reviews

2 réponses à “Review : « Shadow Play » de Peter DeLuise (2002).

  1. J’attaque directement en parlant de Dean Stockwell. J’aimais déjà l’acteur avant mais après cet épisode encore plus. Je ne vais pas abuser en disant qu’il est parfait mais il joue remarquablement son rôle. Il est très touchant. Kieran a une destinée bien triste.

    L’épisode n’est pas révolutionnaire ou autre mais il fait partie de ceux que j’aime revoir en dehors d’un vrai rewatch.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s