Review : « Cure » de Andy Mikita (2002).

© MGM

© MGM

Résumé (DVD) : SG1 arrive sur une nouvelle planète : Pangar. En gage d’amitié, les Pangaris leur offrent une fiole de Trétonine, un produit qui leur permet de jouir d’une santé parfaite. Teal’c et Jonas s’introduisent dans le centre de recherche qui fabrique le médicament et découvrent que les Pangaris élèvent des symbiotes Goa’uld en captivité.

A l’instar du précédent opus (« Allegiance », 06#09), « Cure » est plus important pour la suite de la série qu’il n’en a l’air de prime abord. En effet, LE grand élément majeur est la découverte de la Tretonin, un « médicament » qui semble permettre aux Pangarans de vivre en parfaite santé. Seulement voilà, ce remède miracle est fait à partir de larves Goa’uld, et cela ne plaît pas du tout aux SG-1… ni aux Tok’ra d’ailleurs puisque, au bout du compte, nous découvrirons que la Reine Goa’uld que les Pangarans possèdent et utilisent pour fabriquer la Tretonin n’est nulle autre que Egeria, la source d’origine des Tok’ra

© MGM

© MGM

Depuis le début de la saison, les Tok’ra sont mis en avant par les auteurs de la série, et il a été établi précédemment que leur nombre diminue rapidement. Il est donc plaisant de découvrir, pour la première fois, une Reine et d’en apprendre un peu plus sur l’origine de l’un des peuples les plus emblématiques de l’univers Stargate. Évidemment, Egeria ne survivra pas à l’épisode mais elle aura apporté son lot de réponses. Ainsi que la première version de la Tretonin

Car, même si à l’heure de la diffusion de l’épisode, il nous était impossible de l’imaginer (surtout que l’opus ne se distinguait pas particulièrement des autres de la saison, et restait somme toute assez « classique »), la Tretonin va révolutionner la vie des Free Jaffa, à commencer par celle de Teal’c un peu plus tard dans la saison…

Le scénario de Damian Kindler est habile, et nous montre trois peuples pacifiques qui défendent chacun une opinion bien différente sur le sujet de l’utilisation des larves comme ingrédient pour un « médicament ». L’auteur aurait pu sombrer dans la facilité en opposant des groupes aux morales bien opposées, mais Stargate SG-1 prouve à nouveau son intelligente complexité en préférant en prendre le contre-pied. Chaque peuple a des arguments solides, et c’est au spectateur de choisir son camp. Un épisode comme « Scorched Earth » (04#09) avait aussi démontré un dilemme similaire, et le résultat est tout aussi réussi.

© MGM

© MGM

Sur une efficace mais classique réalisation signée Andy Mikita, « Cure » constitue un bon opus de SG-1. Essentiel pour la suite de la saison, il nous renseigne enfin sur l’origine des Tok’ra tout en introduisant un concept qui va se révéler particulièrement important à l’avenir…

N’hésitez pas à partager votre avis & vos remarques sur l’épisode avec moi en postant un commentaire à l’article. 🙂

Publicités

1 commentaire

Classé dans Reviews

Une réponse à “Review : « Cure » de Andy Mikita (2002).

  1. Je vais être répétitif en disant que j’aime cet épisode hein ? haha

    L’idée que la Goa’uld soit Egeria est juste excellente ! Ça entraine une multitude de questionnement : et si la planète avait été visité avant ? Et si les Goa’ulds étaient tombés dessus ? etc…
    Il est vrai qu’à l’époque de la diffusion on ne pouvait pas s’imaginer l’importance de cet épisode !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s