Review : « Smoke & Mirrors » de Peter DeLuise (2002).

© MGM

© MGM

Résumé (DVD) : O’Neill est accusé de l’assassinat du sénateur Kinsey. Une cassette vidéo le montre sortant de l’immeuble situé juste en face des lieux de l’attentat. Hammond, persuadé de son innocence, demande à SG-1 de mener l’enquête.

Suite à une excellente scène d’ouverture qui a le don de susciter bon nombre d’interrogations, « Smoke & Mirrors » tente de garder l’intérêt du spectateur intact. Hélas, à l’instar de « Sight Unseen » (06#13), l’opus souffre de quelques facilités scénaristiques qui entachent l’ensemble.

© MGM

© MGM

Ainsi, tout s’effondre dès que Carter trouve le suspect grâce à ses empreintes digitales… Si les duplicators permettent de prendre l’apparence exacte de quelqu’un d’autre, pourquoi est-ce que cela n’a pas d’incidence sur les empreintes ? Ne serait-il pas plus logique que le contraire soit vrai, et que l’apparence complète soit parfaitement identique, jusqu’aux doigts ? Ce choix douteux de la part des scénaristes laisse pantois, et le spectateur est confus devant une solution devenue si simple et évidente…

Là où la série se rattrape, c’est sur l’utilisation de son univers. Ainsi, les duplicators nous rappellent les événements de « Foothold » (03#14), et nous poursuivons les storylines autour du Sénateur Kinsey (avec un Ronny Cox toujours aussi parfait dans le rôle) et d’un N.I.D corrompu. On apprécie le retour de l’Agent Barrett qui, à lui tout seul, va changer doucement l’image qu’on a du N.I.D. Son duo avec le Major Carter fonctionne bien, et on sent d’ors et déjà qu’on le retrouvera régulièrement. Autre guest-star notable : Colin Cunningham retrouve l’uniforme du Major Davis, un personnage secondaire qu’on est toujours ravis de retrouver.

© MGM

© MGM

Malgré ses défauts (qui influencent logiquement la note finale), « Smoke & Mirrors » reste un épisode agréable à visionner, ne serait-ce que pour l’amusante scène de l’interrogatoire entre Teal’c et le Dr. Langham, ou encore pour les deux duos que l’épisode forme : Carter & Barrett d’un côté, et Teal’c & Jonas (dont l’amitié est désormais bien installée) de l’autre. Certes, l’opus est le deuxième consécutif à se passer sur Terre et nous avons hâte de retourner sur une autre planète, mais c’est aussi l’un des derniers épisodes « politiques » de la saison…

N’hésitez pas à partager votre avis & vos remarques sur l’épisode avec moi en postant un commentaire à l’article. 🙂

 

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Reviews

2 réponses à “Review : « Smoke & Mirrors » de Peter DeLuise (2002).

  1. Il y en a des bons mais j’avoue être moins emballé par les épisodes que tu appelles « politique », je suis plus voyage spatial, exploration ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s