Review : « Smoke & Mirrors » de Peter DeLuise (2002).

© MGM

© MGM

Résumé (DVD) : O’Neill est accusé de l’assassinat du sénateur Kinsey. Une cassette vidéo le montre sortant de l’immeuble situé juste en face des lieux de l’attentat. Hammond, persuadé de son innocence, demande à SG-1 de mener l’enquête.

Suite à une excellente scène d’ouverture qui a le don de susciter bon nombre d’interrogations, « Smoke & Mirrors » tente de garder l’intérêt du spectateur intact. Hélas, à l’instar de « Sight Unseen » (06#13), l’opus souffre de quelques facilités scénaristiques qui entachent l’ensemble.

© MGM

© MGM

Ainsi, tout s’effondre dès que Carter trouve le suspect grâce à ses empreintes digitales… Si les duplicators permettent de prendre l’apparence exacte de quelqu’un d’autre, pourquoi est-ce que cela n’a pas d’incidence sur les empreintes ? Ne serait-il pas plus logique que le contraire soit vrai, et que l’apparence complète soit parfaitement identique, jusqu’aux doigts ? Ce choix douteux de la part des scénaristes laisse pantois, et le spectateur est confus devant une solution devenue si simple et évidente…

Là où la série se rattrape, c’est sur l’utilisation de son univers. Ainsi, les duplicators nous rappellent les événements de « Foothold » (03#14), et nous poursuivons les storylines autour du Sénateur Kinsey (avec un Ronny Cox toujours aussi parfait dans le rôle) et d’un N.I.D corrompu. On apprécie le retour de l’Agent Barrett qui, à lui tout seul, va changer doucement l’image qu’on a du N.I.D. Son duo avec le Major Carter fonctionne bien, et on sent d’ors et déjà qu’on le retrouvera régulièrement. Autre guest-star notable : Colin Cunningham retrouve l’uniforme du Major Davis, un personnage secondaire qu’on est toujours ravis de retrouver.

© MGM

© MGM

Malgré ses défauts (qui influencent logiquement la note finale), « Smoke & Mirrors » reste un épisode agréable à visionner, ne serait-ce que pour l’amusante scène de l’interrogatoire entre Teal’c et le Dr. Langham, ou encore pour les deux duos que l’épisode forme : Carter & Barrett d’un côté, et Teal’c & Jonas (dont l’amitié est désormais bien installée) de l’autre. Certes, l’opus est le deuxième consécutif à se passer sur Terre et nous avons hâte de retourner sur une autre planète, mais c’est aussi l’un des derniers épisodes « politiques » de la saison…

N’hésitez pas à partager votre avis & vos remarques sur l’épisode avec moi en postant un commentaire à l’article. 🙂

 

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Reviews

Fiche technique : Stargate SG-1, Épisode 124.

© MGM

© MGM

Saison 06, Épisode 14.

V.O. : « Smoke & Mirrors » .

V.F. : « Écrans de fumée ».

Date de diffusion US : 18 décembre 2002.

Scénario : Joe Mallozzi & Paul Mullie.

Histoire de : Katharyn Powers.

Réalisation : Peter DeLuise.

 

QUELQUES RÉPLIQUES…

© MGM

© MGM

© MGM

© MGM

CAST

Richard Dean Anderson ……………….. Colonel Jack O’Neill.

Amanda Tapping ……………….. Major Samantha Carter.

Christopher Judge ……………….. Teal’c.

Corin Nemec ……………….. Jonas Quinn.

Don S. Davis ……………….. Major General George Hammond.

 

GUEST STARS

Colin Cunningham ……………….. Major Paul Davis.

Peter Flemming ……………….. Agent Malcolm Barrett.

Ronny Cox ……………….. Senator Robert Kinsey.

Teryl Rothery ……………….. Dr. Janet Fraiser.

John Cuthbert ……………….. Agent Mark Devlin.

Peter Kelamis ……………….. Dr. Brent Langham.

John Mann ……………….. Luthor.

Poster un commentaire

Classé dans Articles diverses.

Review : « Sight Unseen » de Pete Woeste (2002).

© MGM

© MGM

Résumé (DVD) : SG1 trouve une mystérieuse machine construite par les Anciens. Une fois celle-ci ramenée au SGC, d’étranges créatures commencent à se manifester.

Écrit par Damian Kindler d’après une histoire de Ron Wilkerson, « Sight Unseen » ne fait définitivement pas partie des opus les plus mémorables de Stargate SG-1, ni même des plus essentiels. Si, dans la forme, l’épisode permet d’offrir une parenthèse plus légère à la série (surtout après un épisode comme « Unnatural Selection », 06#14), dans le fond, le scénario reste bien maigre et souffre de quelques facilités.

© MGM

© MGM

Ainsi, dès le début, on s’étonne de voir une Carter (ainsi que le reste du SG-1 d’ailleurs) douter de l’existence des créatures, surtout après l’incident « Orlin » (Sam avait vu l’Ancien traverser le meuble de sa cuisine dans « Ascension », 05#03, donc cela paraît étrange qu’elle soit si étonnée de ce que Jonas prétend voir, surtout que l’artefact en question a été fait par les Anciens… Elle est d’ordinaire bien plus intelligente que ça). De plus, les créatures sont passablement inoffensives, et ne représentent pas un réel danger. Certes, elles créent la panique auprès des civils, mais la solution est trouvée rapidement, et on sait donc que la situation sera réglée sans encombres. Du coup, l’opus perd un peu en intérêt.

Reste les quelques moments de comédie qui permettent de remonter le niveau, ainsi qu’une petite question qui mériterait d’être explorée (qui sait, j’écrirais peut-être un article sur le sujet…) : si Jonas Quinn a activé l’artefact en le touchant, cela signifie-t-il qu’il possède le gène des Anciens ? A l’époque, nous ignorions encore que de nombreuses technologies des Anciens ne fonctionnaient qu’avec le gène, mais en effectuant ce rewatch, on ne peut s’empêcher de penser à cette théorie. Cela expliquerait aussi pourquoi Nirrti était si épatée par l’ADN de Jonas dans « Metamorphosis » (06#16), mais nous y reviendrons bientôt…

© MGM

© MGM

« Sight Unseen » est donc un épisode en demi-teinte. Agréable à regarder mais dispensable, il n’apporte rien de plus à la série.

N’hésitez pas à partager votre avis & vos remarques sur l’épisode avec moi en postant un commentaire à l’article. 🙂

 

2 Commentaires

Classé dans Reviews

Fiche technique : Stargate SG-1, Épisode 123.

© MGM

© MGM

Saison 06, Épisode 13.

V.O. : « Sight Unseen » .

V.F. : « Hallucinations ».

Date de diffusion US : 11 décembre 2002.

Scénario : Damian Kindler.

Histoire de : Ron Wilkerson.

Réalisation : Pete Woeste.

 

QUELQUES RÉPLIQUES…

 

© MGM

© MGM

CAST

Richard Dean Anderson ……………….. Colonel Jack O’Neill.

Amanda Tapping ……………….. Major Samantha Carter.

Christopher Judge ……………….. Teal’c.

Corin Nemec ……………….. Jonas Quinn.

Don S. Davis ……………….. Major General George Hammond.

 

GUEST STARS

Jody Racicot ……………….. Vernon Sharpe.

Gary Jones ……………….. Master Sergeant Walter Harriman.

Teryl Rothery ……………….. Dr. Janet Fraiser.

Betty Linde ……………….. Mrs. Sharpe.

Poster un commentaire

Classé dans Articles diverses.

Review : « Unnatural Selection » de Andy Mikita (2002).

© MGM

© MGM

Résumé (DVD) : Les Asgards demandent à SG1 de se rendre sur une planète contrôlée par les Réplicateurs afin de remettre en marche un piège temporel censé les retenir sur place. Une fois débarqués, les membres de l’équipe rencontrent une nouvelle forme de vie.

Après sa pause de mi-saison, Stargate SG-1 revient avec l’excellent épisode « Unnatural Selection ». A lui tout seul, l’opus va continuer d’étendre l’univers de la série et va même le renouveler considérablement…

© MGM

© MGM

En effet, les terribles Réplicateurs ont évolué : ils sont devenus humanoïdes ! Déjà redoutables à la base, ils le deviennent encore plus puisqu’ils possèdent désormais un nouveau don : celui de se projeter dans le subconscient des humains, d’apprendre tout d’eux y compris les codes pour désactiver l’Iris de notre Porte des Étoiles… Ils peuvent donc nous parler, nous comprendre, mais garde toute la froideur des machines qu’ils restent malgré leur apparence.

Le seul à être différent est Fifth (interprété par Patrick Currie). Plus humain que ses congénères, il est considéré comme une anomalie aux yeux des autres. Et pourtant, c’est cette anomalie qui le rendra, à l’avenir, un futur grand ennemi du SG-1. Car qui dit humanité dit sentiments, et ce sont ces sentiments qui lui serviront de moteur pour faire le mal dans la galaxie… C’est d’ailleurs la trahison finale du SG-1 (et de Sam Carter en particulier) à la fin de cet épisode qui va initialiser sa soif de vengeance et de destruction.

Cette fin controversée est un nouvel exemple du choix des scénaristes de ne jamais sombrer dans la facilité et de placer le SG-1 dans des situations délicates. Comme le dit si bien Jonas, en donnant l’ordre de trahir Fifth, O’Neill a volontairement utilisé l’humanité du Replicator contre lui. Un geste jugé nécessaire pour la survie de l’équipe mais à la moralité douteuse.

© MGM

© MGM

Écrit par le talentueux Brad Wright sur une très bonne réalisation d’Andy Mikita, « Unnatural Selection » représente sans aucun doute l’un des épisodes les plus marquants de la saison. Grâce à lui, nous découvrons que non seulement les Réplicateurs représentent toujours une grande menace pour les Asgards (et pour le reste de la galaxie), mais qu’ils ont en plus évolué jusqu’à obtenir une apparence humaine qui ne les rendra que plus dangereux…

N’hésitez pas à partager votre avis & vos remarques sur l’épisode avec moi en postant un commentaire à l’article. 🙂

 

1 commentaire

Classé dans Reviews

Review : « Prometheus » de Pete Woeste (2002).

© MGM

© MGM

Résumé (DVD) : Une journaliste et son équipe assaillent Carter de questions au sujet du projet top secret « Prométhée ». Pour éviter qu’il ne soit révélé au public, le SGC accepte d’accueillir l’équipe de télévision à bord du prototype de vaisseau interstellaire. Les journalistes s’emparent de l’appareil et demandent que soient relâchés le Colonel Simmons et Adrian Conrad.

Stargate SG-1 conclue sa première partie de saison avec « Prometheus », un épisode plutôt important puisqu’il va à la fois terminer un arc narratif, poursuivre le fil rouge de l’année et ouvrir un terrain de jeu encore plus vaste à la série…

© MGM

© MGM

En effet, l’opus est d’abord notable car il achève l’histoire autour du Colonel Simmons et du Goa’uld vivant à l’intérieur d’Adrian Conrad. Cette « saga », débutée un an auparavant dans « Desperate Measures » (05#11), ne restera pas comme la plus captivante de la série (au contraire, la mort soudaine des deux villains donne plus l’impression que les auteurs voulaient se débarrasser de cette histoire au plus vite, réalisant sans doute qu’ils ne pourraient plus tirer grand chose de ce duo), et n’aura au final pas été aussi fructueuse qu’escomptée…

Toutefois, LE grand événement de cet épisode est, comme son nom l’indique, l’arrivée du Prometheus (alias le X-303). En construction au début de la saison (« Redemption, part 1 & 2 », 06#01 & 06#02), le prototype du vaisseau est enfin terminé et devient le premier moyen de transport interstellaire des terriens. L’avancée est immense, et ouvre une multitude de possibilité pour l’avenir de SG-1 : désormais, l’équipe n’est définitivement plus cantonnée aux planètes figurant sur le cartouche d’Abydos, mais peut explorer TOUS les recoins de la galaxie. Et ils pourront même, un jour, en atteindre une autre…

Si le reste du scénario ne semble qu’un prétexte pour introduire le vaisseau, et n’est pas réellement original (la série nous a déjà fait le coup du journaliste-sur-le-point-de-découvrir-l’existence-de-la-Porte-des-Étoiles, notamment dans « Secrets », 02#09), on se plaît à découvrir le Prométhée, et la conclusion de l’opus (qui voit le retour attendu de Thor) représente un bon cliffhanger final pour la pause de mi-saison.

© MGM

© MGM

« Prometheus » est un épisode solide qui, à l’instar des deux précédents, est peut-être un peu plus important qu’il n’y paraît de prime abord… La série ne cesse de continuer d’étendre son univers, et on pressent déjà que de nombreux excellents épisodes arrivent à l’horizon.

N’hésitez pas à partager votre avis & vos remarques sur l’épisode avec moi en postant un commentaire à l’article. 🙂

 

1 commentaire

Classé dans Reviews

Fiche technique : Stargate SG-1, Épisode 122.

© MGM

© MGM

Saison 06, Épisode 12.

V.O. : « Unnatural Selection » .

V.F. : « Évolution ».

Date de diffusion US : 04 décembre 2002.

Scénario : Brad Wright

Histoire de : Robert C. Cooper & Brad Wright.

Réalisation : Andy Mikita.

 

QUELQUES RÉPLIQUES…

© MGM

© MGM

© MGM

© MGM

CAST

Richard Dean Anderson ……………….. Colonel Jack O’Neill.

Amanda Tapping ……………….. Major Samantha Carter.

Christopher Judge ……………….. Teal’c.

Corin Nemec ……………….. Jonas Quinn.

Don S. Davis ……………….. Major General George Hammond.

 

GUEST STARS

Ian Buchanan ……………….. First.

Patrick Currie ……………….. Fifth.

Gary Jones ……………….. Master Sergeant Walter Harriman.

Dan Shea ……………….. Master Sergeant Sylvester Siler.

Michael Shanks ……………….. Voice of Thor.

Poster un commentaire

Classé dans Articles diverses.

Fiche technique : Stargate SG-1, Épisode 121.

large-FullSize-sg10611-0016xe

© MGM

Saison 06, Épisode 11.

V.O. : « Prometheus » .

V.F. : « Prométhée ».

Date de diffusion US : 23 août 2002.

Scénario : Joe Mallozzi & Paul Mullie.

Réalisation : Pete Woeste.

 

QUELQUES RÉPLIQUES…

© MGM

© MGM

© MGM

© MGM

CAST

Richard Dean Anderson ……………….. Colonel Jack O’Neill.

Amanda Tapping ……………….. Major Samantha Carter.

Christopher Judge ……………….. Teal’c.

Corin Nemec ……………….. Jonas Quinn.

Don S. Davis ……………….. Major General George Hammond.

 

GUEST STARS

George Wyner ……………….. Al Martell.

Ian Tracey ……………….. Smith.

Kendall Cross ……………….. Julia Donovan.

Colin Cunningham ……………….. Major Paul Davis.

John de Lancie ……………….. Frank Simmons.

Bill Marchant ……………….. The Goa’uld within Adrian Conrad.

Michael Shanks ……………….. Voice of Thor.

Poster un commentaire

Classé dans Articles diverses.

Review : « Cure » de Andy Mikita (2002).

© MGM

© MGM

Résumé (DVD) : SG1 arrive sur une nouvelle planète : Pangar. En gage d’amitié, les Pangaris leur offrent une fiole de Trétonine, un produit qui leur permet de jouir d’une santé parfaite. Teal’c et Jonas s’introduisent dans le centre de recherche qui fabrique le médicament et découvrent que les Pangaris élèvent des symbiotes Goa’uld en captivité.

A l’instar du précédent opus (« Allegiance », 06#09), « Cure » est plus important pour la suite de la série qu’il n’en a l’air de prime abord. En effet, LE grand élément majeur est la découverte de la Tretonin, un « médicament » qui semble permettre aux Pangarans de vivre en parfaite santé. Seulement voilà, ce remède miracle est fait à partir de larves Goa’uld, et cela ne plaît pas du tout aux SG-1… ni aux Tok’ra d’ailleurs puisque, au bout du compte, nous découvrirons que la Reine Goa’uld que les Pangarans possèdent et utilisent pour fabriquer la Tretonin n’est nulle autre que Egeria, la source d’origine des Tok’ra

© MGM

© MGM

Depuis le début de la saison, les Tok’ra sont mis en avant par les auteurs de la série, et il a été établi précédemment que leur nombre diminue rapidement. Il est donc plaisant de découvrir, pour la première fois, une Reine et d’en apprendre un peu plus sur l’origine de l’un des peuples les plus emblématiques de l’univers Stargate. Évidemment, Egeria ne survivra pas à l’épisode mais elle aura apporté son lot de réponses. Ainsi que la première version de la Tretonin

Car, même si à l’heure de la diffusion de l’épisode, il nous était impossible de l’imaginer (surtout que l’opus ne se distinguait pas particulièrement des autres de la saison, et restait somme toute assez « classique »), la Tretonin va révolutionner la vie des Free Jaffa, à commencer par celle de Teal’c un peu plus tard dans la saison…

Le scénario de Damian Kindler est habile, et nous montre trois peuples pacifiques qui défendent chacun une opinion bien différente sur le sujet de l’utilisation des larves comme ingrédient pour un « médicament ». L’auteur aurait pu sombrer dans la facilité en opposant des groupes aux morales bien opposées, mais Stargate SG-1 prouve à nouveau son intelligente complexité en préférant en prendre le contre-pied. Chaque peuple a des arguments solides, et c’est au spectateur de choisir son camp. Un épisode comme « Scorched Earth » (04#09) avait aussi démontré un dilemme similaire, et le résultat est tout aussi réussi.

© MGM

© MGM

Sur une efficace mais classique réalisation signée Andy Mikita, « Cure » constitue un bon opus de SG-1. Essentiel pour la suite de la saison, il nous renseigne enfin sur l’origine des Tok’ra tout en introduisant un concept qui va se révéler particulièrement important à l’avenir…

N’hésitez pas à partager votre avis & vos remarques sur l’épisode avec moi en postant un commentaire à l’article. 🙂

1 commentaire

Classé dans Reviews

Review : « Allegiance » de Peter DeLuise (2002).

© MGM

© MGM

Résumé (DVD) : SG1 accueille les survivants d’une base Tok’ra sur le site alpha, où sont déjà regroupés des réfugiés Jaffa. Les deux peuples se méfient l’un de l’autre et des tensions apparaissent. Quand un Tok’ra est retrouvé mort, les soupçons se portent sur un Jaffa, qui est assassiné à son tour. Les alliés sont au bord d’une lutte fratricide.

Alors que nous approchons à grand pas de la mi-saison, Stargate SG-1 nous propose « Allegiance », un opus écrit et réalisé par Peter DeLuise. L’épisode s’intéresse aux rivalités naissantes entre trois peuples : les Free Jaffa, les Tok’ra et les Terriens.

© MGM

© MGM

Nous avons donc l’occasion de faire une toute première escale sur le site Alpha, qui sert actuellement de refuge aux Free Jaffa (nous retrouvons d’ailleurs avec plaisir Bra’tac et Rak’nor). Mais les guerriers devront également faire de la place aux Tok’ra, qui semblent de plus en plus affaiblis (avec à leur tête un Selmak / Jacob qu’on retrouve avec tout autant de plaisir). Le souci, c’est que des milliers d’années de guerre entre les Jaffa et les Tok’ra ne s’effacent pas facilement, et que nous autres Terriens nous retrouvons à devoir jouer les médiateurs entre eux alors même que les deux peuples ne nous font pas entièrement confiance (en particulier les Tok’ra, avec lesquels le SG-1 est en froid depuis « Abyss », 06#06). O’Neill a beau souligné qu’un peuple comme l’autre s’est rebellé contre les Goa’uld et qu’il y a donc des similitudes entre eux, rien n’y fait. La situation est donc plus que tendue…

Pourtant, les liens entre les trois peuples vont se resserrer un tant soit peu d’ici la fin de l’opus, grâce à l’arrivée en fanfare d’un Ashrak (nous n’en avions plus vu depuis « In The Line of Duty », 02#02) envoyé par Anubis, qui va semer la zizanie avant d’être arrêté grâce à un travail commun. « L’Union fait la Force« , comme le dit si bien le titre français de l’épisode. Le discours final de Bra’tac est très beau, et aspire à des jours meilleurs pour cette Alliance. Serons-nous assez forts pour vaincre un Anubis qui continue visiblement de gagner du terrain sur le reste de la galaxie ? Le temps nous le dira…

Stargate SG-1 prouve également à travers cet opus qu’elle sait bien utiliser son univers puisque l’Ashrak n’est pas le seul à faire son retour : le fameux détecteur Zatarc (qui avait mené Sam & Jack à avouer leurs sentiments l’un pour l’autre dans « Divide And Conquer », 04#05) est également mis à l’honneur. Un spectateur lambda aura donc sans doute du mal à comprendre tous les enjeux de l’épisode, mais tant pis : le fan y trouve son compte.

© MGM

© MGM

« Allegiance » est un bon épisode de SG-1. Il est peut-être même un peu plus important qu’il n’y paraît de prime abord… Si on peut regretter l’absence quasi totale de Jonas Quinn (au moment même où celui-ci commençait à être vraiment intégré à l’équipe), on adore la rencontre Jacob / Bra’tac, inédite jusque là. Ces deux personnages « secondaires » sont emblématiques, et les voir s’affirmer comme porte parole de leur peuple respectif semble naturel. Ils sont indispensables pour le futur de cette Alliance. Reste à savoir si leur sagesse sera suffisante pour que cette Union perdure et vienne à bout d’Anubis…

N’hésitez pas à partager votre avis & vos remarques sur l’épisode avec moi en postant un commentaire à l’article. 🙂

 

2 Commentaires

Classé dans Reviews