Archives de Tag: Gary Jones

Interviews en pagaille.

Je tiens à m’excuser de ne pas avoir posté ces interviews au fur et à mesure qu’elles ont été publiées sur le net… mais comme mieux vaut tard que jamais, les voici ! Je vous donne donc des liens vers de multiples entretiens réalisés par des acteurs de Stargate SG-1 ou de Stargate Atlantis ces derniers mois. Enjoy ! 🙂

 

Christopher Judge

  • Brève interview sur Teal’c et son rôle dans Nobility :
  • Vidéo

  • Superhero junkies interview :
  • Vidéo

David Hewlett

  • Padre’s corner podcast :
  • Vidéo

Amanda Tapping

  • Time Shifters Podcast :
  • Lien

  • Unificationfrance.com :
  • Lire

  • TGS interview :
  • Vidéo

Richard Dean Anderson

  • Sci Fi Diner Podcast :
  • Lien

Cliff Simon

Gary Jones, Torri Higginson & Teryl Rothery.

  • Women talks sci fi podcast :
  • Lien

Robert Picardo

  • Sci Fi Diner podcast :
  • Lien

Teryl Rothery

  • Sci Fi Diner podcast :
  • Lien

Torri Higginson

David Nykl

  • Examiner.com :
  • Lire

Publicités

1 commentaire

Classé dans Interviews

Convention Stargate Officielle de Chicago, 2014 (Partie 3).

Dimanche 17 aooût 2014.

Photo : © Beyond The Gate

Photo : © Beyond The Gate

C’est déjà la dernière journée de la Convention… C’est fou à quel point ça passe vite ! Et la journée devait commencer avec LA rencontre que j’attendais avec impatience : j’allais obtenir mon autographe de Michael Shanks dès ce matin. Le grand jour est arrivé !

J’arrive donc dans la grande salle, un peu nerveuse à l’idée de le voir enfin en vrai. Je m’installe à ma place, attendant que ma rangée soit appelée, mais d’ici impossible de le voir. Il est attablé derrière l’un des grands écrans de la scène, donc je vois les gens attendre pour son autographe, je vois même des fans lui parler, je SAIS qu’il est dans la même pièce que moi… mais je ne le vois pas. Puisque je n’ai pas été faire ma photo avec Teryl Rothery hier, je décide d’y aller tout de suite, puisque c’est ma dernière chance pour l’avoir et ce serait con d’avoir payé pour rien.

A partir de 10h30 : Photo Op avec Teryl Rothery.

Je descends donc au niveau inférieur, et attends. Teryl Rothery arrive à peu près à l’heure, toute mignonne dans sa petite robe, et nous lance un « Hi ! » en entrant dans la pièce qui sert de studio photo. Après quelques petites minutes, c’est à mon tour. « Hi ! » me dit-elle tout en prenant la pose. Une fois le cliché prit, elle se retourne vers moi, et me reconnaît soudain.

Teryl : « Hey, how are you ? ».

Moi (me retournant car j’étais déjà en train de me diriger vers la sortie, non seulement pour ne pas interrompre la file d’attente, mais aussi parce que MICHAEL SHANKS m’attend quoi !) : « I’m good, thank you ! ».

Teryl (au photographe & aux autres fans présents dans la pièce) : « It’s the lovely frenchy ! She came all the way from France for the con ! ».

Chris Schmelke (le photographe) : « Wow, that’s awesome ! ».

Merci de m’avoir fait rougir jusqu’aux oreilles à nouveau, Teryl ! C’est donc écarlate que je vais récupérer les photos effectuées hier : je ne peux m’empêcher de rire en voyant celle avec Jason Momoa (j’ai l’air tellement minuscule dans ses bras ! On dirait une gamine !), mais je suis triste de constater qu’on discerne la fatigue de mon visage sur celle avec David Hewlett. Puis, je me redirige vers la Grand Ballroom en me disant que, ça y est, ma rencontre avec Michael se passera dans quelques minutes…

De 9h15 à 13h00 : Autographe avec Michael Shanks.

Lorsque j’arrive, je m’aperçois que les fans de ma rangée sont déjà passés. Je vais donc montrer mon « badge » à l’une des personnes de la Convention, qui me dit que je peux joindre la file d’attente en cours. Après quelques minutes, j’aperçois enfin Michael Shanks en chair et en os pour la première fois de ma vie. Il est tout aussi beau, mais bien plus sexy en vrai qu’à l’écran. Il a l’air heureux d’être là, et parle beaucoup aux fans… J’ai dû mal à détacher mon regard de lui. Ça fait près de seize ans que je souhaite le rencontrer, et ce moment va se produire dans quelques minutes. J’ai du mal à le croire.

J’approche doucement de sa table… Soudain, c’est au tour de la fan juste devant moi de passer. Je me « fige » d’ors et déjà, comme je le fais à chaque fois, et je sens que je n’arriverais pas à prononcer un mot devant lui. Puis, la fan récupère son autographe, et c’est à mon tour…

Michael (me regardant avec un sourire) : « Hi ! How are you ? ».

Moi : « I’m good ! ».

Sérieusement, je n’ai AUCUNE idée comment j’ai réussi à prononcer ces deux mots. Par automatisme, sans doute. Je reste silencieuse, me contentant de le regarder signer ma photo. Je le vois écrire : « To Jennifer. All my ❤ » dessus et, même si je me doute bien qu’il écrit ça à quasi tout le monde, je ne peux m’empêcher d’être touchée. C’est con, je sais. Une fois sa signature achevée, il me redonne ma photo. Je parviens alors à lui dire « Thank You ». C’est les seuls mots que j’étais capable de prononcer. Et ce n’était pas anodin. Dans ces deux mots, j’y ai mis tout mon cœur, car je voulais vraiment le remercier pour tout. A travers le personnage de Daniel Jackson, il m’a beaucoup inspiré. Ce personnage est la première raison à avoir fait de moi une fan de Stargate, ce n’est pas rien pour moi. Il ne le sait pas bien sûr, mais moi oui.

Moi : « Thank You ».

Michael : « Thanks, sweetie ! ».

Le coup de grâce ! Plus écarlate que moi à ce moment là, tu meurs. Seize ans d’attente… et ça y est, je peux le dire : j’ai rencontré Michael Shanks.

Après le déjeuner, je vais chercher ma photo avec Teryl. Elle est correcte, mais il est difficile de ne pas faire tâche à côté de ce petit rayon de soleil qu’est Miss Rothery. Puis, je me dirige vers le Grand Ballroom pour le premier panel de la journée.

De 12h45 à 13h25 : Connor Trinneer.

Photo : © Beyond The Gate

Photo : © Beyond The Gate

En entrant dans la salle, je m’aperçois que des fans forment toujours une file d’attente, ce qui signifie que Michael Shanks n’a toujours pas fini de signer ses autographes ! Il a commencé à 9h15 ce matin, et à 12h45 il y est encore !

Quoiqu’il en soit, c’est au tour de Connor Trinneer (Michael Kenmore, Stargate Atlantis) de faire son panel. Immédiatement, il nous dit qu’il n’a aucune envie de s’asseoir sur la chaise mise à sa disposition sur la scène, car il est resté assis très longtemps ce week-end (à sa table d’autographe). Il enchaîne en nous posant une question : « What’s the difference between a Stargate & a Star Trek fan ? ». Il aimerait que chaque fan qui lui pose une question donne d’abord leur réponse à cette question.

Connor Trinneer. Photo : © Beyond The Gate

Connor Trinneer. Photo : © Beyond The Gate

Connor a adoré jouer dans Stargate Atlantis, non seulement car il a été très bien accueilli par l’équipe, mais aussi car le rôle de Michael était l’opposé parfait de Trip (son personnage dans Star Trek : Enterprise). Il aurait cependant aimé que le personnage soit plus développé, et que sa soif de vengeance se tarisse un peu. Il voulait qu’il arrête de dire « You did this to me » à chaque fois qu’il croisait l’équipe de Sheppard (il nous a d’ailleurs prononcé cette phrase en prenant la voix de Michael, ce qui était amusant).

Il a parlé du long travail de maquillage autour du personnage, disant qu’il devait arriver tôt sur le plateau à cause de cela. C’est en voyant la transformation s’effectuer qu’il arrivait à se mettre dans l’état d’esprit de Michael « car à 4h du matin, en arrivant sur le plateau, j’étais incapable de me mettre dans la peau du personnage ». Il ajoute qu’à cause des lentilles de contact qu’il devait porter, il ne voyait pas grand chose (« Michael avait l’air beaucoup moins redoutable lorsqu’il se prenait les pieds dans sa tenue ou fonçait malencontreusement dans un mur« ), et cela changeait sa perspective aussi. Il y avait donc quelqu’un qui l’accompagnait dans les différentes pièces où il devait tourner.

Le mini Ronon Dex d’hier s’est transformé en mini Michael aujourd’hui, et cela fait sourire Connor.

L’acteur nous parle de ses débuts dans le métier, parlant de sa mauvaise expérience lors d’une audition pour un Soap Opera. Il auditionnait pour un rôle de magicien, et devait savoir réaliser quelques tours. Or, il n’en connaissait aucun et a bluffé. Le problème, c’est qu’il a décroché le rôle ! « Wait… I DON’T know any tricks » a-t-il alors avoué. Le responsable du casting lui a dit d’aller à la rencontre d’un vrai magicien, lui conseillant d’avoir appris les tours d’ici demain. Il a alors passé la nuit à tenter d’apprendre des trucs, mais il était nul et n’y arrivait pas. Bref, c’était la catastrophe et il s’est fait virer.

Connor Trinneer. Photo : © Beyond The Gate

Connor Trinneer. Photo : © Beyond The Gate

A la fin de son panel, il dit avoir trouvé la réponse à sa question : « The cool thing about Stargate fans is that you guys ask questions about everything, while Star Trek fans only ask about Trek ». Il conclue son panel en nous ordonnant (avec la voix de Michael) de rester dans la salle pour visionner la vidéo qui suit, à défaut de quoi il nous mangera… Le clip diffusé semble être sur Sam & Jack, mais je décide de désobéir à Connor et m’éclipse de la salle pour éviter de me retrouver dans une longue file d’attente pour sa photo op… Toutefois, j’ai appris plus tard qu’à la fin de la vidéo, un homme a fait une demande en mariage à sa petite amie, et qu’elle a accepté. Tout peut arriver dans une Convention Stargate !

A partir de 13h35 : Photo Op avec Connor Trinneer.

Me revoilà donc à attendre de nouveau, cette fois-ci pour faire ma photo avec Connor Trinneer. Lorsque c’est mon tour, il se tourne vers moi, me fait l’un de ses charmants sourires auquel je suis désormais habituée et me dit « Hi ! How are you ? » (puisque c’était la première fois qu’il me voyait aujourd’hui). Je lui réponds avec mon désormais habituel « I’m good ! », et Connor passe son bras autour de mes épaules… et il me colle contre lui ! La partie gauche de mon corps se retrouve contre lui, et j’imagine que cela compte comme un demi-hug. Je ne m’y attendais pas le moins du monde, puisque je ne lui ai rien demandé (les fans voulant un hug devant lui demander)… Ce mec est adorable. Une fois le cliché prit, je le remercie ; il me regarde à nouveau droit dans les yeux, me remercie à son tour avec son joli sourire, et je quitte donc la pièce.

De 14h20 à 14h55 : Jacqueline Samuda.

Photo : © Beyond The Gate

Photo : © Beyond The Gate

Me revoilà dans la grande salle pour le panel de Jacqueline Samuda (Nirrti, Stargate SG-1). Elle est ravissante, et super heureuse d’être là. « I’m having a BLAST ! » nous dit-elle, avant de préciser que c’est la première Convention qu’elle fait depuis dix ans ! Elle précise qu’on l’avait invité il y a quelques années, mais qu’elle avait dû annuler car elle devait donner naissance à son premier enfant au moment de la Convention. Elle fut donc réinvitée l’année suivante et rebelote : elle était encore enceinte, et son accouchement était à nouveau prévu au moment de la Convention !

Jacqueline Samuda. Photo : © Beyond The Gate

Jacqueline Samuda. Photo : © Beyond The Gate

Elle nous raconte d’ailleurs sa toute première Convention. Elle était l’invitée surprise, et devait faire sa grande entrée dans un sarcophage Goa’uld qu’on ferait passer à travers une réplique de la Porte des Étoiles… Allongée à l’intérieur, elle était super nerveuse car elle craignait que les fans ne la reconnaissent pas. Au final, lorsqu’elle est sortie, elle a entendu des « Nirrti ! » enthousiastes, et cela l’a rassuré.

Elle a raconté quelques anecdotes, notamment comment Michael Shanks et Richard Dean Anderson s’étaient retrouvés à grignoter des biscuits pour chien sur le plateau ! Elle a parlé de son plaisir de travailler sur la série, ainsi que celui d’avoir participé à l’élaboration d’une histoire (« Metamorphosis », 06#16).

Son panel était vraiment sympathique, mon seul regret étant la brièveté de la chose. Puisque le prochain Q & A programmé est celui de Jennifer Spence et que je déteste Stargate Universe, je me décide de le zapper pour aller chercher mes derniers autographes de la Convention…

Jacqueline Samuda. Photo : © Beyond The Gate

Jacqueline Samuda. Photo : © Beyond The Gate

De 14h55 à 15h35 : Autographes avec Jacqueline Samuda, Garry Chalk & Gary Jones.

Le grand avantage d’aller chercher des dédicaces pendant un panel (et le dimanche, de surcroît), c’est qu’il n’y a pas beaucoup de monde. Par conséquent, on ne passe pas un temps interminable à faire la queue. Je pensais commencer avec celui de Gary Jones, mais il n’est pas là pour le moment… Mince. On m’informe qu’il devrait arriver bientôt. Du coup, je décide de débuter cette dernière session d’autographe avec celui de la ravissante Jacqueline Samuda.

Jacqueline (avec un grand sourire) : « Hello, how are you ?« 

Moi : « I’m good !« 

Jacqueline (qui parle de l’autographe) : « Would you like it personnalized ?« 

Moi : « Yes« 

Jacqueline : « To who ?« 

Me : « Jennifer« 

Elle effectue donc sa dédicace, et me redonne la photo.

Moi : « Thanks !« 

Jacqueline : « It was really nice to meet you !« 

Moi : « It was really nice to meet you too !« 

Puisque Gary Jones n’est toujours pas là, j’enchaîne avec Garry Chalk. Comme d’habitude, il me lance son regard charmeur.

Garry (souriant) : « Hello !« 

Moi : « Hi !« 

Garry : « How are you ?« 

Moi : « I’m fine !« 

Garry : « What’s your name, sweetie ?« 

Moi : « Jennifer« .

Garry : « Jennifer…« .

Il se met alors à écrire mon autographe… Je n’arrive pas à voir ce qu’il écrit, mais son message est plus long que la plupart des acteurs. C’est sans doute l’un des autres avantages à venir les voir quand ils ont du temps devant eux. Les rencontres peuvent durer plus longtemps (à supposer que vous n’êtes pas aussi timide que moi, bien sûr). J’aurais peut-être dû attendre le dernier jour pour aller voir Connor Trinneer… Car oui, il est là, et le pauvre a l’air de s’ennuyer ferme puisqu’aucun fan n’est à sa table. Une fois que Garry eut finit de signer, il me le rend.

Garry : « There you go, Jennifer !« 

Moi : « Thank you !« 

Garry : « You’re welcome ! Thank you !« .

Je jette un œil à l’autographe, et il m’a écrit un charmant « Thank you for making my visit to Chicago so wonderful ! Lots of love ». Oh, Garry. Vous êtes si gentil !

ETTTTTT… Gary Jones n’est toujours pas là. On m’indique qu’il ne devrait plus tarder, qu’on lui a signalé qu’une fan attendait pour avoir son autographe, et qu’il fera son apparition d’un moment à l’autre. Je l’espère sincèrement, car le temps passe et le panel de Jennifer Spence devrait se terminer dans dix petites minutes… Et il est HORS DE QUESTION que je loupe le début du panel de Michael Shanks (qui est le suivant sur la liste) !

Donc c’est un peu inquiète que j’attends. C’est alors que Garry Chalk se lève, et va s’installer au piano qu’il y avait dans la pièce. « Yes, he’s gonna play ! », s’exclame Jacqueline avec enthousiasme. Il se met à jouer de l’instrument et à chanter pour les quelques fans & acteurs présents, et rien que pour des petits moments comme ça je ne regrette pas le moins du monde d’avoir zappé le panel de Madame Spence (aussi adorable soit-elle). Il chante deux-trois morceaux, et nous fait donc passer un agréable moment privilégié avec lui. Quel plaisir de l’entendre chanter à nouveau !

Après chaque chanson, il reçoit des applaudissements. Puis il se lève, nous remercie, prend sa valise et nous dit au revoir. C’est en le voyant s’en aller que je réalise que la Convention touche à sa fin, et je sens déjà la tristesse future du post-con blues m’envahir. Je sais bien à quel point tout ceci va me manquer à nouveau. C’est bête, mais on s’habitue trop vite à cette réalité où on rencontre des acteurs de Stargate tous les jours, que ce soit pour une photo, un autographe, dans les couloirs ou l’ascenseur… Et le retour à la « vraie » réalité est toujours difficile.

ETTTTTT… Gary Jones n’est toujours pas là. Je commence à m’inquiéter sérieusement, car j’avais pris les devants et acheté ma photo à dédicacer, et je suis en train de me dire que je n’aurais pas le temps de le faire avant le panel de Michael Shanks… C’est alors que Connor Trinneer se lève de sa table et, en me voyant, me refait un grand sourire, tout en passant devant moi. Je lui rends son sourire, et je crois que c’est foutu, il se souviendra de moi éternellement.

Alors que je regarde Connor s’éloigner, je vois ENFIN Gary Jones arriver ! Le panel de Michael Shanks est censé débuter, mais mentalement, je prie pour que le retard qu’on a encore pris dans la journée (comme chaque jour en fait) continue, et que son Q & A ne débute pas tout de suite, mais dans quelques minutes… Gary arrive à sa table, met son index devant mon visage et me dit « One minute ! ». Quoi ? Il faut que j’attende encore ? Je n’ai pu m’empêcher de penser sur le coup que c’était un peu abusé, car je l’attendais depuis plusieurs minutes déjà, mais au point où j’en étais… J’étais juste vraiment triste à l’idée de louper ne serait-ce qu’un bout du panel de Michael.

Au final, je ne regrette pas le moins du monde d’avoir attendu, car j’ai assisté à une charmante scène que seul une poignée de personnes ont vu.

Après m’avoir dit d’attendre, Gary fit signe à Jacqueline d’approcher. Il tenait deux photos dans sa main. Il s’agissait du même cliché : une photo op d’eux deux ! Sur l’image, on pouvait voir Jacqueline en mode Nirrti, mettant sa main sur le cœur de Gary comme si elle voulait l’arracher & lui prétendait hurler de douleur. Elle était excellente, cette photo ! Alors que Jacqueline approche donc, Gary écrit un petit message dessus. Je n’ai pas pu lire ce que c’était (ça ne me regardait pas non plus), mais en tout cas, Jacqueline était ravie ! Elle riait, et ils sont tombés dans les bras l’un de l’autre, disant à quel point ils étaient heureux d’avoir pu se revoir (je suppose que ça faisait un bail). C’était une scène adorable à voir. Jacqueline retourne ensuite à sa table, mais Gary avait encore quelque chose à lui dire. Du coup, il la suit, me regarde et me dit « One… No, two minutes ! ». Mais… et le panel de Michael… ?

Je les ai vu parler un peu, puis s’enlacer à nouveau. Jacqueline prit ensuite sa valise, et ce fut à son tour de s’en aller, l’heure de son vol approchant. Gary revint donc à sa table et s’excusa de m’avoir fait attendre. Il me dit alors que, pour 10 dollars de plus, je pourrais avoir un deuxième autographe, mais j’ai déjà dépensé pas mal d’argent sur cette Convention, donc je refuse poliment.

Gary (en parlant de l’autographe) : « Ok. Do you want it personnalized ?« 

Moi : « Yes« 

Gary : « What’s your name ?« 

Moi : « Jennifer« 

Gary : « Where are you from, Jennifer ?« 

Moi : « France« 

Gary (avec un sourire): « Oh my God, France ? That’s awesome ! You know, I was in Toulouse recently« 

Moi (acquiesçant) : « Yeah !« 

Gary : « It was great. I love France !« 

Puis, il signe ma photo.

Gary : « There you go. Well, it was very nice to meet you Jennifer !« 

Moi : « It was nice to meet you too !« 

Gary : « Maybe we’ll see each other again one day« 

Moi : « Yeah, maybe ! Thanks !« 

Gary : « Merci & Au revoir !« 

Juste après avoir prononcé ces mots, il éclate de rire devant sa propre prononciation. Rien que pour avoir vécu tous ces petits moments, ça valait le coup d’attendre.

De 14h55 à 15h30 : Jennifer Spence.

Photo : © Beyond The Gate

Photo : © Beyond The Gate

Une fois les autographes fait, je retourne rapidement dans la grande salle, et heureusement pour moi, le panel de Jennifer Spence (Lisa Park dans Stargate Universe) n’est pas terminé ! C’est donc soulagée que je retourne à ma place, heureuse pour la première fois du week-end du retard que l’on a sur le programme. J’ai donc assisté aux trois dernières minutes de son panel. Jennifer avait l’air adorable, rigolote, et est assez jolie. Je l’avais déjà vu la veille en allant chercher mes autographes de Teryl, Connor, Alex & Dan, mais quand même.

Jennifer Spence. Photo : © Beyond The Gate

Jennifer Spence. Photo : © Beyond The Gate

De 15h35 à 16h35 : Michael Shanks.

Photo : © Beyond The Gate

Photo : © Beyond The Gate

Une fois son panel achevé, elle remercie chaleureusement les fans. Puis, on nous fait patienter avec une nouvelle music video… C’est pendant celle-ci que Michael Shanks (Daniel Jackson dans Stargate SG-1) entre dans la pièce. Une fois la vidéo achevée, il fait son entrée sur scène, et reçoit la plus grande ovation de la Convention.

Puis, son panel commence, et c’est le Q & A le plus étrange que j’ai jamais vu ! Le pauvre Michael a eu une succession de questions bizarres, et il faisait des expressions faciales hilarantes pour y répondre. Il est même partie dans un fou rire à un moment, ne pouvant plus s’arrêter pendant plusieurs minutes !

Le fou rire de Michael Shanks. Photo : © Beyond The Gate

Le fou rire de Michael Shanks. Photo : © Beyond The Gate

Une fan se présente à lui, déclarant qu’elle est une « étudiante de l’Ascension », et lui demandant si il s’était renseigné sur le sujet car, selon elle, la façon dont la chose était présentée dans la série était très proche de la manière dont ça se passait « en vrai »… Je n’oublierais jamais l’expression sur le visage de Michael. Pendant plusieurs minutes, il n’a rien dit, passant des expressions faciales d’incompréhension totale à celles de la réflexion, de la compréhension à celle de la confusion la plus totale. Au final, il finit par poser LA question qu’on se posait tous : « When you say you study Ascension… What do you mean ? ». La fan tente de lui expliquer, mais c’est tout aussi confus que précédemment. Voyant que Michael semble toujours perdu, et que la salle entière ris aux éclats, la fan se vexe et s’en va. Mais Monsieur Shanks la rappelle, et répond à sa question : « Nope, I didn’t read anything about it. I just did what the writers told me to ».

« Would you go to Mars if we colonized it ? », lui demande un fan. « HELL NO ! Have you seen the pictures of Mars ? There’s NOTHING there. I don’t want to spend years of my life travelling to this planet just for a bunch of rocks ! ».

Autre question : « Why do all your characters shave all their body hair before taking their shirt off ? ». Hilarité générale dans la salle. Parfois, je me demande où les fans vont chercher leur question… « Shaving your chest doesn’t mean that you’re shaving ALL your body hair », répond Michael. « Prove it ! », lance quelqu’un du public. Amusé, Michael se lève, et commencer à détacher sa ceinture, faisant mine de retirer son pantalon… avant d’arrêter et de retourner s’asseoir. « The seats weren’t that expensive ! », lance Michael, taquin. « Anymore questions from the cheap seats ? », enchaîne-t-il. « They aren’t cheap ! », répond (avec raison, il faut bien le dire) un fan du public.

« How do you get into the mindset of all the characters you play ? », demande un fan. « I’m fucking nuts ! That’s how ! », répond-il en rigolant.

Michael Shanks. Photo : © Beyond The Gate

Michael Shanks. Photo : © Beyond The Gate

Fort heureusement, il n’y avait pas que des questions étranges de la sorte. J’ai même appris des choses que j’ignorais totalement. Ainsi, un fan a interrogé Michael sur sa petite participation en tant que scénariste sur certains épisodes, et lui a demandé s’il y avait eu d’autres histoires qu’il avait proposé mais qui n’avait pas été retenues. L’acteur répond par l’affirmative, et raconte que son idée de base pour « Evolution » (07#11) était censée être une suite de « Crystal Skull » (03#21). L’épisode aurait donc ramené le grand-père de Daniel Jackson, qui nous en aurait (enfin) appris plus sur les « Giant Aliens ». Tout deux seraient partis à la recherche de la Fontaine de Jouvence, seul élément gardé dans le scénario final. La suite de « Crystal Skull » n’a pas pu être faite, puisque Jan Rubes (l’interprète de Nicholas Ballard) était décédé. Toujours sur la même question, Michael Shanks nous a sorti LA révélation de la Convention : il est le vrai créateur des Wraith de Stargate Atlantis. L’acteur nous dit donc qu’il avait été proposer à Brad Wright une histoire de « vampires ». Mais Brad a refusé de but en blanc : « No no, I don’t want a vampire story ». Michael avait insisté, lui disant : « But it’s not really vampires, they don’t suck blood. They suck the life essence out of you ». Mais Brad était catégorique : « No, I don’t want a story about vampires ». Et pourtant, un beau jour, Stargate vit la naissance de son second spin off, Atlantis, et les grands méchants étaient des créatures proche des vampires, à la différence près qu’ils se nourrissaient de l’essence vitale des humains… Il n’a jamais eu le crédit de ceci, mais il semble évident que Brad Wright a repris son idée. D’ailleurs, je me demande si c’est pour cela que le personnage hybride mi-humain mi-Wraith interprété par Connor Trinneer s’appelle Michael… Il se pourrait bien qu’il s’agisse d’un clin d’oeil, mais personne n’a eu l’idée d’interroger l’acteur sur ce sujet, donc ceci restera ma théorie personnelle.

Autre information : interrogé sur le sujet, Michael Shanks confirme que, selon lui, Daniel Jackson a le syndrome d’Asperger (« He has all the identifiable signs »). Une théorie intéressante. Je ferais peut-être un article sur le sujet sur le blog, un jour…

Michael Shanks. Photo : © Beyond The Gate

Michael Shanks. Photo : © Beyond The Gate

Un fan lui demande son avis sur le reboot prévu par Roland Emmerich. Michael ne cache pas sa désapprobation : « Well, what I don’t like about this is that they said they would totally disregard everything WE worked on ». En fait, il partage mon point de vue à ce sujet. Je pense toujours que c’est une très mauvaise idée d’ignorer toutes ces années de travail, de tout effacer et de recommencer à zéro. Il conclut cependant : « But I’m curious to know what they’re planning. People who say they’re not curious are lying ».

« What’s your favorite thing about Stargate ? », demande un fan. « Alien Chicks », répond Michael du tac au tac. « Yeah, but besides that. What about the science ? », enchaîne le fan. « The science of alien chicks », répond Michael avant d’enchaîner avec humour : « I married the best one ! » (Lexa Doig ayant joué une extraterrestre dans Andromeda). D’ailleurs, une fan lui lance : « Where’s Lexa ? ». Michael répond immédiatement : « Where’s YOUR husband ? ». « He’s at home. But I have an opening if you want to take it… », lui lance-t-elle. Michael est mort de rire, et doit se dire que nous sommes tous fous.

Quelqu’un l’interroge sur son passage dans Stargate Atlantis (« First Contact », 05#10 & « The Lost Tribe », 05#11). L’interprète de Daniel Jackson répond qu’il a aimé joué dans la série, et qu’il semblait évident que son personnage y passerait un jour où l’autre, puisque c’était l’expert des Anciens. Il a pris plaisir à donner la réplique à David Hewlett (Rodney McKay) et, les deux acteurs étant réputés pour parler extrêmement vite (« Five pages of dialogue and no breathing »), a confié que le scénario était (du coup) plus court que prévu ! Les scénaristes ont donc dû rajouter des scènes pour que l’épisode dure bien 40 minutes.

Le panel contenait d’autres réponses hilarantes de sa part, des « Stop trying to make Megasnake happen. It’s not going to happen ! » aux « Read the fanfiction. I know you wrote it because you sent it to me. They were disgusting… yet strangely titillating ». Nous avons donc ri aux larmes du début à la fin, et Michael est reparti comme il est venu : sous un tonnerre d’applaudissements.

Michael Shanks. Photo : © Beyond The Gate

Michael Shanks. Photo : © Beyond The Gate

A partir de 16h50 : Photo Op avec Michael Shanks.

Une fois cet HILARANT panel terminé, je me retrouve à faire la queue pour la dernière fois de la Convention… et diantre, la file d’attente est immense ! Encore plus longue que celle pour Jason Momoa, me semble-t-il !

Après de très longues minutes à attendre, me revoilà dans le « studio » photo. Je ne peux m’empêcher d’être un peu triste en pensant au fait que c’est la dernière fois que je verrais Michael Shanks avant sans doute longtemps. Certaines fans demandent à Michael des hugs, et il les donne toujours volontiers. Lorsqu’on ne lui demande rien, il fait une photo « normale ».

J’approche donc doucement, et soudain, c’est à mon tour… Il se tourne vers moi, me dit « Hi ! » en souriant, et ouvre immédiatement ses bras. Sans même lui demander (contrairement aux autres), j’ai eu le droit à un hug ! C’est donc dans ses bras que le photographe immortalise notre rencontre.

BEST. HUG. EVER !

Une fois le cliché prit, je le regarde droit dans les yeux et le remercie. Il me sourit, et me remercie à son tour. Ensuite, c’est sur mon petit nuage que je quitte la pièce. Juste avant de conclure la Convention d’un dernier panel, je récupère ma photo op avec Connor Trinneer. Il est parfait dessus, mais je ressemble à Bambi avec mes yeux grands ouverts, ce qui me fait rigoler.

De 17h30 à 18h15 : Teryl Rothery.

Photo : © Beyond The Gate

Photo : © Beyond The Gate

Nous y voici, nous y voilà : le dernier panel de la Convention… Comme le temps passe vite. Je me dirige donc vers la grande salle pour la dernière fois afin d’assister au Q & A de Teryl Rothery (l’inoubliable et attachante Janet Fraiser de Stargate SG-1). Elle fait son entrée sur scène sous des applaudissements nourris et, nous voyant prendre des photos du moment, enlève ses lunettes et dit : « Wait ! We need to make this right ! ». Puis, elle se met à poser pour nos objectifs, défilant telle une mannequin.

Teryl Rothery prend la pause sous les objectifs des fans. Photo : © Beyond The Gate

Teryl Rothery prend la pause sous les objectifs des fans. Photo : © Beyond The Gate

La première fan ne lui a pas posé de question, mais l’a beaucoup émue. La jeune fille en question a expliqué que Janet Fraiser était devenue son modèle, puisque sa mère avait toujours dit que ce personnage était un exemple à suivre. Or, la mère de cette jeune fille est décédée récemment, et Teryl le savait (elle avait déjà rencontré la fan lors du Meet & Greet apparemment). Émue aux larmes, l’actrice fait monter la fan sur scène pour la prendre dans ses bras. Puis elle s’essuie les yeux, et lance « Well, we’re off to a great start ! » avec humour.

Un fan arrive pour lui poser une question, mais Teryl l’interroge sur ce qu’il tient dans la main. « C’est un paquet de chips », répond-il. « Vous en voulez ? ». « Viens sur scène ! », l’invite Teryl. Elle écoutera attentivement sa question tout en plongeant sa main dans le paquet, grignotant des chips. Cette actrice est d’un naturel fantastique.

C’est bien connu, Teryl est un tout petit bout de femme. Elle nous apprend qu’aux débuts de SG-1, afin qu’on ne voit pas une trop grande différence de taille entre elle et Richard Dean Anderson, elle marchait sur une plate-forme, mise en place spécialement pour elle ! Mais ce procédé étant compliqué, la série lui a fourni des chaussures : « Janet’s Spice boots » comme les appeler Teryl, en référence aux chaussures aux talons compensés des Spice Girls. Elle les portait donc en permanence de manière à paraître moins petite aux côtés de ses collègues.

Une jeune fan & Teryl Rothery. Photo : © Beyond The Gate

Une jeune fan & Teryl Rothery. Photo : © Beyond The Gate

Lorsqu’on lui demande quel est son épisode favori, elle répond que « Lifeboat » (07#06) en faisait partie car elle a adoré travailler avec Michael Shanks. Un fan l’interroge sur son retour en saison 09 sur l’épisode « Ripple Effet » (09#13) ; elle répond : « I was happy to be there, but I missed what was ». Elle explique donc que la dynamique sur la plateau avait changé puisque Richard Dean Anderson n’était plus là, et que Ben Browder avait pris sa place. « It was just different », conclut-elle.

« Other than not dying, is there anything you wished the writers had done with Frasier that they didn’t ? », interroge une fan. Spontanément, Teryl répond : « It would’ve been fun if she got laid ! ». Elle regrette que la série l’ait tué au moment même où Janet faisait une rencontre amoureuse (« Heroes, part 1 & 2 », 07#17 & 18).

Elle parle également de son travail sur Cedar Cove, et de son plaisir d’y avoir retrouvé quelques membres de Stargate. Très souvent, elle fait monter les fans sur scène, afin qu’ils lui posent leurs questions directement. « Don’t worry, you’re all gonna get there on stage with me eventually ! We have time ! », plaisante-t-elle. Elle a aussi distribué les hugs. Bref, son panel était excellent et amusant, et c’est vraiment une actrice à rencontrer.

Teryl Rothery. Photo : © Beyond The Gate

Teryl Rothery. Photo : © Beyond The Gate

Puis, Teryl nous salue, et nous applaudissons comme il se doit la dernière invitée de la Convention. Je remonte ensuite dans ma chambre d’hôtel, triste de savoir que dès demain, je devrais prendre l’avion et m’éloigner à nouveau de ce lieu où tant d’excellents souvenirs et de rêves se sont réalisés. J’attends quelques minutes avant de redescendre chercher ma photo avec Michael Shanks. L’ambiance dans les couloirs a déjà quelque peu changé, les rires et la bonne humeur semblent avoir laissé place à un cafard général. Je regarde sur la table, et trouve ma photo avec Michael. Mon Dieu, qu’elle est belle ! Si il y avait bien une photo que je voulais parfaite, c’était celle-ci. Et elle l’était ! Mon rêve (et le hug !) a été immortalisé de belle manière, et j’en suis ravie.

Cette Convention a dépassé toutes mes espérances, et a été émotionnellement riche. Je n’arrive pas à croire que tout ça s’est passé, et la tristesse familière de fin de Conv’ se fait pesante. Je ne cesse de regarder les clichés que j’ai pris, ainsi que les photos avec les acteurs et les autographes. Tous les souvenirs de ces trois jours remontent immédiatement à mon esprit, et en toute honnêteté, je ne crois pas que j’aurais pu rêver d’un meilleur week-end. La Convention était parfaite de bout en bout. Épique ne semble même pas assez fort.

Le Post-Con blues est toujours terrible, mais cette année était encore pire que celui de l’année passée…

Photo : © Beyond The Gate

Photo : © Beyond The Gate

Pour finir, je voudrais juste dire que je suis reconnaissante envers les acteurs de la franchise, qui donne sans arrêt et chaque année tout leur amour aux fans. Ils font parties des êtres humains les plus généreux, gentils, drôles et fantastiques que j’ai pu rencontré dans ma vie, et je les adore un peu plus chaque année. Si vous avez l’occasion de les rencontrer, faites-le : vous ne le regretterez pas. Malheureusement, je doute pouvoir y retourner en 2015 (je croise les doigts pour 2016), mais je suis sûre que j’aurais d’autres occasions de les revoir…

2 Commentaires

Classé dans Conventions

Convention Stargate Officielle de Chicago, 2014 (Partie 1).

Vendredi 15 août 2014

Le Westin O'Hare, l'hôtel où se tient la Convention Officielle. Photo : © Beyond The Gate

Le Westin O’Hare, l’hôtel où se tient la Convention Officielle. Photo : © Beyond The Gate

Nous y voici : le premier jour de la Convention ! Une fois la matinée passée, je me dirige vers la table « d’enregistrement », endroit où vous présentez votre ticket pour avoir le droit d’entrer. Et là, dans le lobby, je vois une très longue file d’attente. L’année dernière, les événements avaient fait que j’étais arrivé pile poil avant le début de la Convention, donc j’avais évité cela. C’est assez impressionnant de voir cette masse de fans attendre, trépignant d’impatience vis-à-vis du week-end qui s’annonce à eux et super heureux de se retrouver. La joie et la bonne humeur sont définitivement présentes, et tout le monde a le sourire fixé aux lèvres. Je vois également les premiers cosplayers de la Convention : des Jaffa, des Wraith, des John Sheppard, un Teal’c (déjà présent l’année dernière), une Teyla Emmagan, une superbe Nox, une Adria, et une excellente Vala Mal Doran.

Alors que j’attends patiemment comme tout le monde, je vois soudain Garry Chalk passer à ma gauche ! Il contourne la file d’attente, sans doute pour aller préparer sa table près de la Vendors Room, lieu où lui et plusieurs autres passeront une bonne partie de la Convention à signer des autographes. Quelques minutes plus tard, c’est au tour de Gary Jones de passer à ma droite ! Croiser des acteurs Stargate dans les couloirs, ça n’arrive que dans les conventions… 🙂 Je réalise soudain avec encore plus de force à quel point tout ceci m’avait manqué. Mais ce n’est pas fini : c’est au tour d’Alex Zahara de passer à ma gauche, lâchant un « Good Lord ! There’s a LOT of people ! » en voyant la longue file d’attente de fans. S’attendait-il à autre chose ? C’est pourtant un habitué. 🙂 Puis, c’est au tour de Connor Trinneer de faire une apparition, passant rapidement sur ma gauche… Tellement rapidement que je me suis demandée si oui ou non, c’était bien lui. Un large sourire ne quitte plus mes lèvres, et je trouve toujours cela si fantastique de les voir se balader à nos côtés ! C’est l’une de ces petites choses qui rendent les conventions magiques.

Alors que j’attends toujours, un couple d’américains interroge une fan derrière moi sur la raison d’une telle file d’attente. Ils ne sont vraisemblablement pas venus pour la Convention, et se demandent ce qu’on attend tous. La fan lui répond alors : « We are waiting to register for the Stargate Con ». « The what ? », répond l’homme. Le pauvre. Il a l’air encore plus paumé. La fan lui explique alors de quoi il en retourne. Il ne connaît visiblement pas Stargate, et demande si c’est comme Star Trek

Au final, j’arrive enfin auprès de la table. Je présente mon Gold Ticket, et on me donne mon « badge », mon bracelet Creation Entertainment (tout deux nécessaires pour pouvoir entrer dans la grande salle) et un programme. C’est sur ce dernier qu’est annoncé la bonne nouvelle : il y aura bel et bien une Convention Stargate supplémentaire en 2015. Creation avait mis en place quelques semaines auparavant un sondage sur leur site, interrogeant les fans sur leur volonté de voir la Convention Officielle se poursuivre. Évidemment, les Gaters avaient répondu « OUI » en masse (plus de 90% des voix apparemment), et Creation a donc décidé de poursuivre la chose. Pour combien de temps ? Nul ne le sait. Mais cela fait plaisir de voir que Stargate reste une franchise extrêmement populaire, malgré le fait que les séries aient été annulées il y a plusieurs années maintenant.

Après le déjeuner, je me dirige donc vers la grande salle. Alors que je pénètre dans la pièce pour la première fois depuis l’année dernière, je remarque qu’ils ont changé un tantinet la scène. Celle-ci est désormais encadrée de deux écrans géants, permettant ainsi aux fans les plus éloignés de la scène de bien voir les acteurs quand même. De plus, l’éclairage semble avoir été un peu amélioré. Personnellement, j’étais mieux placée que l’année dernière. Mon siège était le F26, donc j’étais un peu plus près de la scène que précédemment. Encore une fois, je me trouvais dans une rangée du côté droit, proche de la porte par laquelle les acteurs entrent avant d’aller faire leur panel…

De 14h55 à 15h40 : Garry Chalk.

Photo : © Beyond The Gate

Photo : © Beyond The Gate

Je prends donc place sur mon siège pour la première fois du week-end pour écouter Garry Chalk, alias le Colonel Chekov de Stargate SG-1. Physiquement, Garry est exactement comme à l’écran. Il n’a pas changé depuis ses années sur la série. Mais il est bien plus sympathique, moins froid, et plus chaleureux que son personnage. En fait, au lieu de laisser les fans faire la queue près de la scène pour lui poser des questions, il va directement à eux, traversant la salle de long en large et passant à travers les rangées de chaises. Du coup, les écrans géants s’avèrent très utiles pour moi aussi, qui peut ainsi suivre son panel sans avoir besoin de me retourner.

Garry Chalk. Photo : © Beyond The Gate

Garry Chalk. Photo : © Beyond The Gate

Garry a un vrai sens de l’humour. Il s’est amusé à prendre son accent russe, râlant et pestant avec un sourire comme quoi ÉVIDEMMENT c’était son vaisseau (le Korolev) qui avait explosé à la fin de la série (dans l’épisode « Flesh and Blood », 10#01). Car si quelqu’un devait y passer, c’était les Russes pardi ! Il a ajouté avec humour qu’on lui a dit sur le plateau que Chekov n’était peut-être pas mort, qu’il avait sans doute eu le temps d’atteindre l’une des capsules de survie, et qu’il flottait tout simplement dans l’espace en attendant que quelqu’un vienne le sauver. Il nous a aussi déclaré qu’il ne parlait pas le Russe, tout du moins quasiment pas. Les seuls mots dont il se souvient dans cette langue sont des injures ! Lorsqu’un fan lui demande dans quelle série il aurait préféré jouer s’il avait eu le choix (parmi celles de la franchise), Garry nous dit qu’il était heureux d’avoir travaillé sur SG-1… mais qu’il aurait bien aimé travaillé sur Atlantis aussi pour les « hot Wraith chicks » ! D’ailleurs, il enchaîne avec une anecdote sur le sujet : un jour, alors qu’il tournait sur SG-1, il a décidé d’aller faire un tour sur le plateau d’Atlantis. L’épisode du jour était réalisé par Mario Azzopardi. Discrètement, il va s’incruster dans un plan… ce qui ne sera pas du tout du goût du réalisateur maltais qui, réalisant que quelque chose ne va pas, se met à lui hurler : « YOU ASSHOLE ! Get out of here ! YOU ASSHOLE ! ». Il en rigolait encore en nous racontant cette anecdote.

Garry Chalk. Photo : © Beyond The Gate

Garry Chalk. Photo : © Beyond The Gate

A partir de 15h45 : Photo Op avec Garry Chalk.

Une fois son panel fini, Garry Chalk s’en va faire des Photo Ops avec les fans. Il en fera chaque jour. Cependant, à la vue du programme chargé qui m’attend demain et dimanche, je préfère aller faire ma photo avec lui immédiatement. Dans la file d’attente, je réalise que malheureusement, le Jet Lag est bel et bien présent malgré le fait que je sois arrivée une journée avant. Je me sens fatiguée, mais peu importe. Lorsque c’est mon tour, Garry se tourne vers moi, me sourit, et dit « Hi ! » avec un regard charmeur. « How are you doing ? » me demande-t-il. « Good, thank you », lui répondis-je tout en plaçant ma main dans son dos. Il place la sienne sur ma hanche, et le photographe (Chris Schmelke) réalise son cliché. Je le remercie, il en fait de même, et je me dirige vers la sortie.

Alors que je me dirige de nouveau vers la Ballroom pour assister au deuxième panel de la journée, Connor Trinneer passe juste devant moi, me confirmant que c’était bel et bien lui que j’avais vu plus tôt dans la journée. Je le trouvais déjà plutôt pas mal à l’écran, mais il dégage quelque chose de plus en vrai. C’est donc dans tous mes états que je retourne m’asseoir à ma place.

De 16h00 à 16h45 : Alex Zahara & Dan Payne.

Photo : © Beyond The Gate

Photo : © Beyond The Gate

L’année dernière, Alex Zahara (Michael le Hippie dans « 1969″, Warrick dans « Space Race », Xe’ls dans « Spirits », un Unas, etc. dans Stargate SG-1) et Dan Payne (le Super Soldier de SG-1 et le Über Wraith d’Atlantis, entre autres) avaient fait partie des invités qui m’avaient le plus marqué. Ces deux-là sont hilarants. Meilleurs amis dans la vie (ils vivent même à une demie-heure l’un de l’autre), leur duo fonctionne à merveille chaque année sous nos yeux. J’étais donc extrêmement heureuse de les retrouver à nouveau. D’ailleurs, je pense sincèrement qu’une Convention Stargate sans eux serait moins drôle – tout du moins, ce ne serait pas la même chose. Ils nous apportent tellement de joie, de rires et d’amitié pendant ces quelques jours ! D’ailleurs, ils nous disent immédiatement que la Convention Stargate est l’un des meilleurs moments de l’année pour eux, car ils adorent sincèrement passer du temps et délirer avec nous, les fans.

Dan Payne & Alex Zahara. Photo : © Beyond The Gate

Dan Payne & Alex Zahara. Photo : © Beyond The Gate

Interrogés sur leur rôle favori dans Stargate, Dan répond le Über Wraith de « Sateda » (Stargate Atlantis03#04) tandis qu’Alex opte pour Michael le Hippie (Stargate SG-1). D’ailleurs, Dan en profite pour parler de Jason Momoa, et du fait qu’il était content d’avoir travaillé avec lui à l’époque, puisque maintenant il ne l’affronterait plus. La raison ? « A l’époque, on était à peu près équitable au niveau des muscles. Depuis, j’imagine qu’il a mangé beaucoup de steaks, car ses bras sont énormes ! Je ne veux plus de problèmes avec lui ! ».

Un fan leur demande ce que cela faisait d’avoir les prothèses sur le visage et si cela les avait dérangé (les deux hommes ayant souvent joué des rôles d’aliens dans les séries) : Alex et Dan répondent tout deux par la négative. Cela ne les dérangeait pas, car « c’est comme porter un casque ». Toutefois, ils enchaînent tout deux avec des anecdotes sur le sujet : par exemple, Dan plaisante sur le fait qu’au début, la première fois qu’il avait dû subir la transformation en Wraith, il avait regardé tout le travail effectué et s’était vu métamorphosé en cette créature… Mais les fois suivantes, il s’endormait systématiquement sur sa chaise, car il fallait des heures pour compléter sa transformation, et qu’on lui demandait d’être présent à 4h du matin afin de pouvoir commencer le tournage à l’heure. Alex, quand à lui, se rappelle du jour où il s’est endormi en plein tournage de « Foothold » (SG-1, 03#14), car il faisait trop chaud sur le plateau. Son visage étant entièrement dissimulé sous un masque d’alien, il pensait que personne ne le verrait. C’est Amanda Tapping qui l’a réveillé doucement en lui disant « Alex, you’re snoring ! ».

Dan Payne & Alex Zahara. Photo : © Beyond The Gate

Dan Payne & Alex Zahara. Photo : © Beyond The Gate

Dan partage aussi son expérience en tant que cascadeur, disant que les gens qui font ce métier méritent tout le respect du monde. Il n’a pas vraiment choisi cette voie, et déclare qu’il n’en fera peut-être plus jamais. Il nous raconte ainsi le jour où il a eu une commotion cérébrale sur le plateau de Stargate : il était tellement sonné qu’il ne se souvenait plus de son prénom (« Dan ? Hm. Kinda sounds familiar… Oh, wait. It’s me ! »).

Dan nous raconte avec humour qu’il a failli embrasser Michael Shanks lors de l’épisode « Prometheus Unbound » (SG-108#12), lorsqu’il jouait Vala dans le costume du Super Soldier. Une fan interroge Alex Zahara sur son absence sur Twitter, et l’acteur répond qu’il va se créer un compte très bientôt.

Les deux hommes parlent également de leurs projets les plus récents : Dan parle de son rôle dans la série Supernatural, et du fait qu’il a joué la Bête dans Descendants de Disney (il a d’ailleurs plaisanté sur le fait qu’il craignait qu’on lui fasse porter encore une fois des prothèses, mais qu’il a été rassuré en apprenant qu’il jouerait le rôle de la Bête telle qu’elle est à la fin du dessin animé, c’est à dire de nouveau humaine) ; quand à Alex, il a parlé un peu de son rôle dans Once Upon A Time, et nous annonce en grimaçant un peu, comme pour s’excuser, qu’il vient de tourner dans un film dans lequel, pour la première fois, il a dû tourner une scène d’amour…

Dan Payne & Alex Zahara. Photo : © Beyond The Gate

Dan Payne & Alex Zahara. Photo : © Beyond The Gate

Bref, leur panel était fort sympathique et humoristique, comme à chaque fois. J’adore ces mecs !

De 16h45 à 17h30 : Gary Jones.

Photo : © Beyond The Gate

Photo : © Beyond The Gate

Sans temps mort (ou presque), nous enchaînons avec le panel de Gary Jones (Walter Harriman, Stargate SG-1). C’est toujours un plaisir immense de le voir, car lui aussi est hilarant. Il arrive sur scène, et nous raconte sa rencontre d’il y a quelques mois avec une fan (qu’il a déjà relaté dans cette interview). Il nous disait que quelqu’un l’avait présenté comme un « acteur de Stargate » à une jeune fille, et qu’elle était partie dans une quasi hystérie. Elle lui a demandé si il accepterait de prendre une photo avec elle ; il a accepté immédiatement. La fan, super heureuse, prend une photo avec lui, puis, toujours surexcitée, lui demande si elle peut lui poser une question. Gary accepte. Elle lui dit : « Ça veut dire quoi, ça ? » en faisant le salut Vulcain, typique de… Star Trek ! Gary comprend alors immédiatement qu’elle a confondu les deux shows, et lui explique donc la signification du signe, précisant que c’était dans Star Trek et que lui avait joué dans Stargate. « What the hell is Stargate ? » lui réplique alors la fan. Gary lui dit que ce serait un peu long à expliquer, et lui lance qu’elle n’a plus qu’à effacer la photo de son portable maintenant, puisqu’elle ne connaît pas du tout la série. « What ? No way ! I want to show it to my friends ! », répond-elle. Gary plaisantait donc en disant qu’elle allait montrer la photo d’eux à ses amis, et leur demander « Who the hell is this guy ? ».

Gary Jones. Photo : © Beyond The Gate

Gary Jones. Photo : © Beyond The Gate

Il nous a également avoué qu’il avait failli se faire virer de Stargate SG-1 dès l’épisode pilote ! En effet, alors qu’il tournait « Children of the Gods » (01#01 & 01#02), on lui a dit de patienter dans la salle de contrôle du SGC pendant que le tournage d’une autre scène s’effectuait. Mais cela avait duré bien plus longtemps que prévu, et il s’était assoupi. C’est alors qu’il entend « Plok ! Plok ! » sur la vitre. Il se réveille : c’était Mario Azzopardi (le réalisateur de l’épisode) qui lançait des pièces sur la vitre pour le réveiller, lui faisant signe immédiatement de ne pas dormir. Le lendemain, rebelote : on lui demande de patienter dans la salle de contrôle pendant que d’autres scènes se tournent, et il s’assoupit à nouveau. Des « Plok ! Plok ! » le tire de son sommeil encore une fois : Mario Azzopardi lui fait signe que c’est la deuxième fois déjà, lui faisant comprendre que la prochaine fois, c’est la porte. Fort heureusement, ça ne s’est pas reproduit, et il a tenu bon pendant les dix saisons de SG-1. D’ailleurs, il précise qu’à une époque, il ne vivait qu’à quinze minutes du plateau, et que la plus courte journée de travail qu’il avait eu s’était réglée en une demie-heure ! « I was back before breakfeast ! BEST JOB EVER ! ».

Il nous a également parlé de son plaisir de retrouver l’équipe sur la série Sanctuary le temps d’un épisode, et nous a raconté l’origine du nom Walter Harriman (qu’il nous avait déjà conté l’année dernière, si je ne m’abuse). Il plaisante beaucoup sur le fait que Walter ne quittait jamais sa chaise, et qu’il avait fini par la détester avec passion. Il ajoute même avec humour que si il y avait eu une figurine à son effigie, elle aurait été vendue avec une chaise ! Il enchaîne avec une anecdote sur l’épisode « Avatar » (SG-1, 08#06), disant que même dans la simulation du SGC, il était quand même mort dans cette foutue chaise, nous faisant une imitation hilarante de la scène en question !

Gary Jones. Photo : © Beyond The Gate

Gary Jones. Photo : © Beyond The Gate

Bref, comme d’habitude, Gary Jones nous fait rire aux éclats pendant son panel. Une fois terminée, je quitte la Grande Salle…

A partir de 17h45 : Photo Op avec Gary Jones.

J’enchaîne avec ma Photo Op avec Gary Jones. Il l’avait annoncé sur Twitter, et l’a confirmé pendant son panel : il a amené avec lui son costume de Walter Harriman, lunettes incluses ! C’est donc dans la peau de son personnage qu’il va faire des photos avec les fans (et ce tous les jours). N’est-ce pas fantastique ? Qui d’autre peut faire une chose pareille ? C’était le seul lors de la Convention en tout cas, et c’est sans doute la première fois que je vois ça ! Malheureusement, il n’y a pas une grande histoire derrière ma Photo Op. Comme Monsieur Chalk avant lui, il se contente de me lancer un sourire en disant « Hi ! How are you ? » avant de placer sa main sur mon épaule et de poser. Ensuite, on se remercie mutuellement, et je retourne faire la queue, cette fois-ci pour Tony Amendola.

A partir de 17h55 : Photo Op avec Tony Amendola.

Bra’tac est sans doute l’un de mes personnages secondaires préférés, donc j’étais impatiente de rencontrer Tony. Lui non plus n’a pas changé depuis ses années Stargate, et il semble heureux d’être là. A l’instar de celle avec Gary Jones, ma Photo Op avec lui se limitera à un « Hi, how are you ? » juste avant le cliché, et un « Thank you ! » juste après. Mais quel plaisir de l’approcher !

De 18h15 à 18h55 : Tony Amendola.

Photo : © Beyond The Gate

Photo : © Beyond The Gate

Ensuite, me voici de retour dans la Ballroom pour le panel de Tony Amendola (Bra’tac, Stargate SG-1). Il nous parle de sa participation aux séries Continuum (dans laquelle il a retrouvé Lexa Doig) et Once Upon A Time. Il nous confie que son épisode de SG-1 favori est « Threshold » (05#02), et plaisante au sujet du casque de Bra’tac. Lorsqu’un fan lui demande si le fort lien entre Teal’c et son personnage s’est également crée entre lui et Christopher Judge, Tony répond par l’affirmative, disant à quel point il avait aimé travailler avec lui, ainsi qu’avec le reste de la distribution.

Tony Amendola. Photo : © Beyond The Gate

Tony Amendola. Photo : © Beyond The Gate

J’ai vraiment apprécié son panel, Tony étant fort sympathique et plaisantant souvent. Toutefois, le Jet Lag se faisait vraiment ressentir et je me sentais fatiguée. C’est peut-être pour cela que j’ai dû mal à me souvenir de tout ce qu’il a dit… Cela me reviendra sans doute et, si c’est le cas, je compléterais cet article.

A partir de 19h15 : Duo Photo Op avec Dan Payne & Alex Zahara.

A 19h, la séance d’autographe de Tony Amendola est censée débuter. Mais vu que l’on doit y aller rangée par rangée et que je suis à la F, j’ai un peu de temps devant moi. Je décide donc d’en profiter pour aller faire ma photo op en duo avec les excellents Dan Payne & Alex Zahara. Eux aussi feront des photos tous les jours. Il y a pas mal de monde dans la file d’attente, puisque c’est bien connu : Alex & Dan font toujours des photos délires lorsqu’ils sont ensemble. Une fois que je fais partie des personnes de la file d’attente présentes dans le « studio photo » improvisé pour l’occasion, je les regarde et je ne peux m’empêcher de rire. Ils sont incapables de rester sérieux, écoutent les propositions des fans pour les photos ou en proposent eux-mêmes afin d’obtenir des clichés toujours plus délirants. Je tente de trouver une idée rapidement, mais mon cerveau est trop fatigué.

Alors que c’est mon tour, Alex me fait face et m’interroge :

Alex : « Hi ! What do you want, sweetheart ? »

Moi : « I have NO idea »

Alex (mettant ses mains derrière mon dos, et se tournant vers son pote) : « Dan, grab her legs ! »

Qu…quoi ? Pardon ? Avant même d’avoir le temps de réaliser, Dan s’exécute et attrape mes jambes. Je n’arrive pas à croire que je suis dans leurs bras ! Dan tient mes jambes, et Alex, mon dos. Amusée, je souris pour le photographe, mais je regrette de n’avoir fait aucun geste. Je mets ça sur le compte de la surprise, mais quand même. Une fois le cliché prit, ils me reposent. Je les remercie, et Dan me regarde avec un grand sourire et me remercie à son tour tandis qu’Alex se tourne vers la fan suivante.

Une fois sortie de la salle, je jette un œil sur la table située à côté de l’entrée, et sur laquelle sont posées toutes les photo ops pour que les fans viennent les récupérer. Je prends alors les miennes : malheureusement, le Jet Lag a définitivement laissé des traces sur mon visage. Cela se voit sur mes photos avec Garry & Gary, bizarrement un peu moins sur celle avec Tony (qui est, jusqu’ici, ma préférée). C’est dommage ! J’ose espérer que les prochaines seront plus réussies.

A partir de 19h30 : Autographe de Tony Amendola.

Je retourne ensuite dans la grande salle, et j’attends que notre rangée soit appelée. On nous annonce immédiatement que, vu le grand retard que nous avons sur le programme, les autographes de Tony Amendola ne seront PAS personnalisés. Ils ont beau se répandre en excuses, cela n’empêche qu’on est tous très déçu par cette nouvelle. Après plusieurs minutes, c’est à notre tour. Ce sera mon premier autographe de la Convention, et là, dans la file d’attente, j’espère sincèrement pouvoir avoir une petite discussion avec Tony Amendola. Celui-ci semble d’ailleurs heureux d’être là, et ne se fait pas prier pour discuter avec les fans… Bientôt, c’est au tour de la femme se situant devant moi de passer. Elle a un petit chien, et cela attire immédiatement l’attention de Tony, qui l’interroge à ce sujet. Tout en signant l’autographe, l’interprète de Bra’tac continue de papoter avec la fan… Soudain, sans doute par automatisme, il prend ma photo et la signe aussi, sans un regard envers moi. Mince. La femme au chien m’a volé mon moment. La petite conversation entre eux s’achève et, enfin, Tony me regarde avec un sourire et me dit « How are you ? ». « Good », répondis-je tout en prenant ma photo déjà dédicacée. Je ne dois pas interrompre la file d’attente (surtout que, comme je l’ai indiqué précédemment, nous étions déjà très en retard), donc je m’en vais, la mort dans l’âme de ne pas avoir pu parler un peu avec Tony. C’est vraiment dommage, et à ce moment là j’espère sincèrement que ce ne sera pas chose récurrente cette année.

De 21h30 à 22h30 : The Friday Night Celebrity Cabaret avec Gary Jones, Tony Amendola & Garry Chalk.

Gary Jones. Photo : © Beyond The Gate

Gary Jones. Photo : © Beyond The Gate

Une fois l’autographe de Tony en main, je reste dans la grande salle pour le Friday Night Celebrity Cabaret. Le spectacle commence avec Gary Jones, qui nous raconte une anecdote sur sa vie : le jour de ses 17 ans, il a conduit pour la toute première fois. C’était une conduite accompagnée, donc il était au volant de la Chevelle familiale. Son père était assis sur le siège passager, sa mère et sa sœur (ou son frère, j’ai un doute soudain) à l’arrière. Il était tellement nerveux qu’il s’est mis à accélérer comme un malade ! Il nous disait qu’à l’époque, il ne savait même pas où était le frein ! Bref, il a foncé comme un fou, et a failli tué toute sa famille. La manière dont il racontait la chose et imitait la réaction des différents membres de sa famille était tout simplement hilarante. J’en pleurais de rire tellement c’était drôle ! D’ailleurs, c’est lui qui remporte le prix de la meilleure performance au Cabaret de cette année à mes yeux.

Tony Amendola. Photo : © Beyond The Gate

Tony Amendola. Photo : © Beyond The Gate

Ensuite, c’est Tony Amendola qui est monté sur scène, racontant des histoires drôles, des blagues, … Un petit intermède sympathique, avant que Garry Chalk ne prenne le relais, débarquant avec sa guitare. J’ignorais que Garry chantait aussi bien ! Il nous a interprété plusieurs titres, et c’était un plaisir de l’écouter. Cela dit, me sentant vraiment très fatiguée à ce moment là, je me dis immédiatement que je vais devoir zapper le Karaoke cette année encore (ce qui est tellement dommage tant j’adore Alex & Dan !).

Garry Chalk. Photo : © Beyond The Gate

Garry Chalk. Photo : © Beyond The Gate

D’ailleurs, en parlant d’Alex Zahara, il est déjà dans les parages et monte sur scène alors que Garry chante toujours. Quand monsieur Chalk le voit, il lui dit de s’asseoir devant lui, indiquant qu’il va interpréter une chanson spécialement pour lui… Immédiatement, Alex lui fait le visage empli d’amour de celui qui va recevoir une sérénade, et il n’arrêtait pas de faire des expressions faciales amusantes pendant toute la chanson ! Il a même fini par prendre son téléphone portable, et s’en est servi comme d’un briquet à un concert !

Alex Zahara & Garry Chalk. Photo : © Beyond The Gate

Alex Zahara & Garry Chalk. Photo : © Beyond The Gate

Bref, j’ai encore beaucoup ri lors du Cabaret cette année – toute la journée, même. Je suis aux anges d’être de retour dans cette Convention, et j’ai hâte d’être à demain !

Rendez-vous demain sur le blog pour la deuxième partie du résumé de la Convention Officielle ! 🙂

2 Commentaires

Classé dans Conventions

Fiche technique : Stargate SG-1, Épisode 09.

© MGM

© MGM

Saison 01, Épisode 09.

V.O. : « Brief Candle« .

V.F. : « Les Désignés« .

Date de diffusion US : 19 septembre 1997.

Scénario : Katharyn Powers.

Histoire de : Steven Barnes.

Réalisation : Mario Azzopardi.

QUELQUES RÉPLIQUES…

© MGM

© MGM

© MGM

© MGM

CAST

Richard Dean Anderson ……………….. Colonel Jack O’Neill.

Michael Shanks ……………….. Dr. Daniel Jackson.

Amanda Tapping ……………….. Captain Samantha Carter.

Christopher Judge ……………….. Teal’c.

Don S. Davis ………………. General George Hammond.

GUEST STARS

Teryl Rothery ……………….. Janet Fraiser.

Bobbie Phillips ……………….. Kynthia.

Harrison Coe ……………….. Alekos.

Gabrielle Miller ……………….. Thetys.

Gary Jones ……………….. Technician.

Poster un commentaire

Classé dans Articles diverses.

Interviews de Gary Jones & Joe Flanigan à la Supanova Pop Culture Expo (10/11/2013).

Le site internet Trekzone.org a interviewé hier deux acteurs de la franchise lors de leur passage à la Supanova Pop Culture Expo de Brisbane (Australie). Le premier est le toujours très sympathique Gary Jones (alias Walter Harriman dans Stargate SG-1), et le second n’est nul autre que Joe Flanigan (alias John Sheppard dans Stargate Atlantis), qui avait l’air un peu fatigué mais content d’être là. Ils vont tout deux parler de leur travail sur les séries mais, convention oblige, vont aussi donner leur avis sur les fans que nous sommes… 🙂

Poster un commentaire

Classé dans Interviews

Convention Stargate Officielle de Chicago, 2013 (partie 3).

DIMANCHE 18 AOÛT 2013.

IMG_2012

Et quand on est humain, on va où ? lol.
Crédit photo : Susan Shambaugh (skydrive.live.com)

La nuit du samedi au dimanche a encore été bien courte (j’ai toujours du mal à trouver le sommeil, pour les mêmes raisons que la veille). Après deux journées fantastiques, ce dimanche s’annonce tout aussi bien, même si l’idée que la convention s’achèvera ce soir me désole. Ces journées passent trop vite. Déjà, il est l’heure de se lever pour retrouver David.

De 8h à 9h. Special Event organisé par David Hewlett pour son film Debug.

1236323_10151584729817405_1286606343_n

« Really ridiculously early people started HERE ! ».

Nous arrivons un peu plus tôt que prévu dans le couloir prévu à cet effet ( il était 07h45) et pourtant, de nombreuses personnes nous ont déjà devancées. Une pancarte écrite de la main de David nous informe que « Really ridiculously early people started HERE ! » avec une flèche pour indiquer où il se trouvait. C’est du David tout craché, ça 🙂 Nous nous approchons. Il est là, à prendre lui-même les mugshots de fans ! C’est incroyable : je vais me faire prendre en photo par David Hewlett ! En général, ce sont les fans qui prennent les acteurs en photo, pas l’inverse… Je pensais que quelqu’un l’assisterait, et que lui se contenterait de donner des directives. Que nenni ! Mais quelle heureuse surprise.

2013-08-18 08.11.51

David Hewlett prend des fans en photo.
Crédit photo : Susan Shambaugh (skydrive.live.com)

Lorsque l’une de mes amies et moi arrivons à ses côtés, il nous regarde et nous lance : « You girls are too hot for this ! My camera can’t handle it ! ». Décidément, après Ben Browder, c’est au tour de David Hewlett de me faire un compliment ! J’étais LOIN de me douter que tout cela arriverait lorsque j’ai acheté mon ticket pour la convention. Une fois que mon amie a fini, c’est à mon tour.

David Hewlett photographing fans for his new film, Debug, at #SGChi 🎥📷

A post shared by Anna <3z (@anannafesto) on

Comme il fallait poser avec une pièce d’identité, j’avais décidé d’utiliser mon passeport. David est prêt à prendre la photo mais relève soudain la tête de derrière son appareil après avoir noté la nationalité inscrite sur le document. « Tu es française ? C’est génial ! » me dit-il en français. Il prend la première photo en me donnant quelques directives, puis me dit : « Et now sans le passport ? ». Il fait la deuxième photo en lâchant : « Beautiful ! ». Je crois bien n’avoir jamais été aussi complimentée que pendant ces trois jours à Chicago ! Les acteurs ont vraiment été adorables avec moi. Une fois la seconde photo finie, il me dit avec un grand sourire : « Merci beaucoup ! ». Il est vraiment sympathique et plein d’enthousiasme. Pourtant, vu la file d’attente qu’il avait hier, il n’a pas du dormir beaucoup non plus… J’aimerais bien savoir d’où il tire cette formidable énergie.

Puis, c’est l’heure du petit déjeuner. S’ensuit l’attente avant d’entrer dans la salle principal pour les autographes pendant laquelle un fan de la convention – avec qui j’ai papoté un peu – en a profité pour me charrier sur le fait que Joe avait engagé la conversation avec moi hier (« He liked you !« ). Et je recommence à en rougir…

A partir de 10h. Séance d’autographes avec Amanda Tapping & Christopher Judge.

J’entre dans la salle. On m’envoie d’abord vers Chris Judge. J’avoue trembler un peu dans la file d’attente. 15 ans après… La première fois que j’ai vu Chris & Amanda à l’écran, j’avais 10 ans quoi ! Imaginez un peu le choc ! Et le voilà… Il est assez impressionnant à voir en vrai. Et sexy. Oh, et il est de nouveau chauve ! Quoiqu’il en soit, il m’accueille avec un grand sourire et me serre la main : « Hi ! How are you ? ». Puis, il signe et on se remercie mutuellement.

Ensuite, je dois faire la queue car il faut attendre longtemps pour Amanda Tapping. Elle aussi aime bavarder avec les fans. En m’approchant d’elle, je continue de trembler un peu. Il faut dire que j’ai en plus suivi Amanda après l’aventure Stargate dans Sanctuary. Et elle est là, en chair et en os… Elle reconnaît le fan qui passe juste devant moi : « Hey ! How are you !, lui dit-elle. It’s been a while ! ». Soit elle a vu ce fan souvent, soit elle a une super mémoire des visages. Puis, c’est à mon tour… « Hi ! » me lance-t-elle en me serrant la main. J’aurais aimé avoir le courage de lui dire quelque chose mais comme pour tous les autres avant, je me fige sur place. Si Joe n’avait pas engagé la conversation hier, je ne lui aurais rien dit d’autre que « Hi ! » et « Thank you » aussi. Elle signe l’autographe, me regarde avec un grand sourire et on se remercie mutuellement.

Je retourne dans la chambre d’hôtel et, apparemment, mon sourire en dit long : « You look like you just met Amanda ! » me dit-on. C’est donc officiel : nous avons tous la même expression béate sur le visage après avoir rencontré Miss Tapping.

De 12h50 à 13h25. Gary Jones Q & A.

DSCN6883_zpsaaa4f429

Gary Jones est de retour sur scène pour son Q & A.
Crédit photo : BeckyLandis’s Library sur PhotoBucket.

Et c’est reparti pour un Q & A avec Gary Jones ! Il ne peut s’empêcher de se moquer de la photo de lui qui est projetée sur le grand écran. Il nous raconte même la petite histoire du cliché, et ne comprend pas pourquoi on continue de l’utiliser pour les conventions. Puis, il commence à répondre aux questions des fans.

DSCN6917_zps09775a7f

Gary Jones.
Crédit photo : BeckyLandis’s Library sur PhotoBucket.

Il nous apprend que son épisode de SG-1 préféré reste Heroes car il a eu l’occasion de parler du boulot très important que son personnage occupe (qui se limite à ouvrir et fermer la Porte des Étoiles et l’iris). C’était un moyen pour lui de se moquer de tout cela et il a adoré le faire.

DSCN6921_zps220457f5

Gary Jones.
Crédit photo : BeckyLandis’s Library sur PhotoBucket.

Il nous a également parlé des nombreux changements dans le nom de son personnage, disant que Harriman venait de la façon rigolote dont Don S.Davis prononçait le mot anglais « Airman ». Puis, c’est Richard Dean Anderson qui lui a donné un prénom (non prévu dans le script) dans l’épisode 2010 et il est devenu Walter Harriman. C’est également grâce à Rick que son personnage a pris de l’ampleur dans les dernières saisons de la série parce qu’il voulait que le General O’Neill ait un assistant, et il pensait que Gary serait parfait car il a fait beaucoup de comédie. Encore une fois, nous rions beaucoup. Je regrette de ne pas me souvenir spontanément de tout ce qui a été dit, mais le bon moment passé est resté gravé dans ma mémoire.

Nous décidons de zapper le « Stargate Yes / No Trivia Game ». Nous ne reviendrons dans la salle que pour le panel de Christopher Judge.

De 14h40 à 15h40. Christopher Judge Q & A.

DSCN6960_zps43140f23

Christopher Judge.
Crédit photo : BeckyLandis’s Library sur PhotoBucket.

Chris Judge (alias Teal’c dans SG-1) fait son apparition sous les applaudissements de la foule. Il nous remercie pour notre soutien sans faille : « I thank you, my ex-wife thanks you… ». Ça commence bien ! 🙂

Une fan lui a posé une question sur l’épisode Window of Opportunity. Il a dit que, lors de la scène où Jack & Teal’c envoient des balles de golf à travers la Porte des Étoiles, l’une des balles de golf envoyées est un effet spécial… et il précise bien sûr qu’il ne s’agissait pas de la sienne ! Il enchaîne en nous apprenant que, dans cet épisode, au moment de filmer la scène où Jack fait de la poterie, ils ont tout deux décidés de recréer la scène de poterie du film Ghost ! Vous imaginez ?! HAHAHA !!! Mais les producteurs ont décidé de couper la scène au montage. Chris Judge dit qu’il ne comprend pas pourquoi puisque ça paraissait « soft » par rapport à certaines fan fictions qu’il a lu !

Il enchaîne sur le sujet en disant que certaines fan fictions sont vraiment réussies et auraient donné des épisodes de qualité. Mais il ajoute aussi avec humour : « But some of you are disturbed ! I don’t even think I’m old enough to read this ! ».

La foule rigole tellement qu’une fan se fait repérer à cause de son rire. Chris Judge lui demande s’il s’agit de son vrai rire. Elle acquiesce. Il s’exclame : « I thought you stepped on a chihuahua ! ».

DSCN6962_zps53bca596

Le rire communicatif & la bonne humeur de Chris Judge en font l’un des invités marquants de la convention.
Crédit photo : BeckyLandis’s Library sur PhotoBucket.

Chris fera plaisir à la foule en nous faisant en live l’expression faciale usuelle de Teal’c. Il dira également deux-trois fois « Indeed » 🙂

Il parlera ensuite de sa douloureuse participation dans le film The Dark Knight Rises. Il nous apprend ainsi qu’il a été blessé pendant le tournage d’une scène de combat avec Joseph Gordon Levitt. Malgré tout, il a quand même terminé la scène mais n’avait pas grand chose à dire de sympa sur Monsieur Levitt !

DSCN7003_zpsb7e8c1fa

Chris Judge.
Crédit photo : BeckyLandis’s Library sur PhotoBucket.

Lorsqu’une fan lui demande l’épisode qu’il aime le moins de SG-1, il répond tous ceux dans lequel il devait porter une armure. Apparemment, l’armure n’était lavée qu’une fois par an donc ce n’était agréable pour personne… Quand à son épisode préféré, il s’agit de 200 sur lequel il s’est beaucoup amusé.

DSCN7036_zpsbcdf29dc

Chris Judge.
Crédit photo : BeckyLandis’s Library sur PhotoBucket.

Chris confirme qu’il était le plus grand blagueur du plateau (il nous a raconté quelques anecdotes) – et que ses…hum… gaz sont vraiment toxiques. Il se remémore aussi sa rencontre avec Richard Dean Anderson sur le plateau de McGyver et dit qu’il était jeune et tellement nerveux qu’il a flatulé devant lui. « And that was my introduction to Rick ! ».

Son rire communicatif et sa bonne humeur en ont fait l’un des invités les plus marquants de la convention. Il était hilarant du début à la fin, fidèle à lui-même.

De 16h10 à 17h00. « Stargate and Sci Fi No Minimum Bid Auction ».

2013-08-18 16.35.16

Un costume de Daniel Jackson (joué par Michael Shanks) utilisé dans la série est mis aux enchères.
Crédit photo : Susan Shambaugh (skydrive.live.com)

Nous restons pour assister à cette vente aux enchères sur Stargate et autres séries Sci Fi. L’article de loin le plus intéressant est un réel uniforme SG-1 que Michael Shanks a porté dans un épisode. L’organisateur plaisante en disant qu’il y a même encore ses sous-vêtements dedans. Sans surprise, ce sera l’article qui se vendra le mieux : de l’ordre de $1500 si je me souviens bien.

De 17h00 à 18h20. Amanda Tapping Q & A.

DSCN7042_zps28d4f253

Amanda Tapping est la dernière invitée de la convention.
Crédit photo : BeckyLandis’s Library sur PhotoBucket.

Amanda Tapping (alias Samantha Carter dans SG-1 et Atlantis) arrive avec quelques minutes de retard, mais sera tout de même ovationnée par la foule. « I’m relieved, I thought everybody would’ve left already ! » plaisante-t-elle.

La première question qui lui est posée concerne son association Sanctuary for Kids. Amanda nous fait le bilan de ce qu’ils ont été capables de faire avec l’argent récolté et nous dit à quel point elle est fière. Les choses semblent se porter à merveille pour S4K et c’est tant mieux !

DSCN7058_zpsace7c1f4

Amanda Tapping.
Crédit photo : BeckyLandis’s Library sur PhotoBucket.

Quelqu’un lui pose LA question épineuse : sur quelle série avez-vous préféré travailler ? Mais Amanda est suffisamment intelligente pour contourner le piège : « Anything that starts with an « S » ! ». Sachant qu’elle a joué dans Stargate SG-1Stargate AtlantisSanctuary et plus récemment Supernatural, elle ne se mouille pas ! Elle précisera tout de même qu’elle a une place particulière dans son cœur pour SG-1 puisque cela a duré plus de dix ans et lui a beaucoup apporté.

DSCN7082_zpsa1730f5b

Amanda Tapping.
Crédit photo : BeckyLandis’s Library sur PhotoBucket.

Une fan lui demande quel acteur elle a préféré embrasser, toutes séries confondues. Amanda réfléchit avant d’opter pour David DeLuise (Pete Shanahan dans SG-1). Elle a le sentiment qu’il y avait tellement derrière ces baisers pour les deux personnages que c’est pour cela qu’elle l’a choisi lui. Elle continue en disant que Rick (Richard Dean Anderson, alias Jack O’Neill dans SG-1) était toujours drôle à embrasser car il était genre : « Oh, I guess we have to kiss now ». Elle lance également un shoutout à Jonathon Young (alias Nikola Tesla dans Sanctuary).

Elle nous dit qu’elle a croisé David Hewlett lors de la convention. « Trust me : He’s looking fiiiiiine« , nous dit-elle avec un regard coquin. « I was like « Hiiiiiiii David ! »  » ajoute-t-elle en battant des paupières. Je suis entièrement d’accord avec elle sur ce coup-là. David est plus charmant que jamais !

DSCN7094_zps6d97ae8a

Amanda Tapping.
Crédit photo : BeckyLandis’s Library sur PhotoBucket.

Puis, elle parlera un peu de Sanctuary puisqu’une fan lui demande qui, d’après elle, préfère Magnus : Druitt ou Tesla ? Après réflexion, Amanda pense qu’Helen est plus attachée à Druitt car ils ont une plus longue histoire. Quelqu’un lui fait la réflexion que Magnus porte des jupes plus courtes lorsque Tesla est dans le coin et Amanda semble un peu étonnée. « Really ? » demande-t-elle. D’après elle, ce n’est pas un choix conscient. Elle nous parle également de sa couleur de cheveux, disant qu’elle était devenue brune pour Sanctuary, histoire d’éviter que les gens disent : « Oh tiens, Sam Carter fait une autre série ! ». Elle voulait différencier les personnages, par respect pour leur identité propre. Elle a gardé ses cheveux ainsi depuis (car c’est comme cela qu’elle a obtenu un rôle dans Supernatural) mais avoue qu’elle s’ennuie en ce moment et est ouverte aux suggestions. Elle rit en disant qu’un jour elle aura peut-être les cheveux bleus.

DSCN7112_zpsdcb2be62

Amanda prend une fan dans ses bras.
Crédit photo : BeckyLandis’s Library sur PhotoBucket.

Lorsqu’on lui demande qu’elle est sa pire expérience sur Stargate, elle répond que ce fut le jour où Chris Judge l’a attaché avec du duct tape sur une chaise, a lâché un gaz et a quitté la pièce ! Un fan lui demande ensuite si jouer Sam Carter a changé sa façon de penser. Elle répond avec humour : « Not really… Only when I look up at the sun and think « I could blow you up » ! ».

Très chaleureuse, elle a répondu à beaucoup de questions et à même pris dans ses bras quelques fans. Cette femme est fantastique. Je comprends pourquoi tout le monde n’a de cesse de dire qu’elle est l’un des êtres humains les plus gentils de la planète.

18h30. Photo Op with Amanda Tapping.

Nous voici déjà rendu à la fin de la convention. La file d’attente pour la Photo Op avec Amanda est impressionnante. Une fois arrivée à sa hauteur, l’une de mes amies passe devant moi. Une fois qu’elle a fini sa photo, je la vois parler avec Amanda. Uh oh… Je sais bien ce qu’elle est en train de lui demander ! Je lui avais dit que c’était injuste qu’elle ait eu des câlins avec Joe et Chris sur les photos qu’elle a effectué et elle vient d’en obtenir un d’Amanda. Elle vient sans doute de lui demander la même chose pour moi… Le problème, c’est que je ne m’y suis pas préparée du tout ! J’entends Amanda lui répondre « Sure ! », puis elle se tourne vers moi. « Hi ! » me lance-t-elle avec un grand sourire. Et immédiatement après, elle me serre dans ses bras et me fait un gros câlin. Puis, elle fait face au photographe tout en me gardant dans ses bras et je me concentre pour ne pas pleurer. Je suis encore un peu sous le choc de la rencontrer après tout ce temps, sans compter que je ressens les prémices du blues post convention… Une fois la photo faite, elle garde mes mains dans les siennes et me regarde avec un grand sourire. On se remercie mutuellement, puis je laisse la place aux autres.

Quelques heures plus tard, j’irais récupérer la photo. Et cela sonnera le glas de trois journées magiques, irréels, riches en émotions et en rigolades (c’est le moins qu’on puisse dire ! Il n’y a pas un moment où nous n’avons pas ri). Tout simplement inoubliable.

Je ne peux que remercier les acteurs d’avoir été aussi formidables, drôles, charmants et chaleureux ainsi que les autres fans qui ont également été fort sympathiques. Cela fait plaisir de sentir les acteurs si proches des fans, et de constater qu’ils ont gardé les pieds sur Terre. Ils ne se prennent pas du tout au sérieux, bien au contraire ! Lorsque vous les rencontrez, ils vous regardent droit dans les yeux pour créer un contact immédiat, et ne vous regardent pas de haut – ils vous regardent comme un égal. Ils ne sont pas « stars » pour deux sous, et sont restés fidèles à eux-mêmes après toutes ces années.

J’envisage déjà d’y retourner l’année prochaine pour ce qui est annoncé comme l’ultime Convention Stargate Officielle. Qui sait, vous aurez peut-être un nouveau récit en 2014 ! 😉

Si vous voulez voir d’autres photographies de la Convention, vous pourrez en trouver aux liens suivant :

http://s769.photobucket.com/user/BeckyLandis/library/2013%20A%20Zahara%20D%20Payne?sort=2&page=1 

https://skydrive.live.com/?cid=1DEBB5CDCF986102&id=1DEBB5CDCF986102%217881

http://www.seshatplace.com/photos/index.php?cat=2

https://vancouverstargate.shutterfly.com/chicagostargatecon2013

2 Commentaires

Classé dans Conventions

Convention Stargate Officielle de Chicago, 2013 (partie 1).

VENDREDI 16 AOÛT 2013.

999746_720621237955262_2113577208_n

Vue de ma chambre d’hôtel à Chicago.

J’arrive à Chicago en début d’après-midi. J’avais prévu de venir une journée à l’avance – histoire de ne pas être trop fatiguée par le décalage horaire – mais United Airlines ayant annulé le vol, j’ai dû me résoudre à le prendre pour le jour même. Du coup, c’est déjà un peu fatiguée mais vraiment excitée que je vais déposer mes bagages dans la chambre d’hôtel.

IMG_1202

L’accueil de la Convention.
Crédit photo : Susan Shambaugh (skydrive.live.com)

Une fois cela fait, on enregistre notre présence, obtient une copie du programme et déjà nous entrons dans la salle au moment même où l’inattendu Alexis Cruz (alias Skaara & Klorel dans Stargate SG-1) fait son entrée sur scène. Il n’avait pas été annoncé initialement et a remplacé au pied levé Dan Shea (Sgt. Siler dans SG-1), qui n’a pas pu venir. D’ailleurs, on apprend également que Kavan Smith (alias Major Evan Lorne dans Stargate SG-1 & Atlantis) a également dû annulé sa participation à la dernière minute car ça ne rentrait plus dans son planning. Zut alors. J’étais censée avoir son autographe et me faisait une joie de le rencontrer.

De 15h55 à 16h40 : Alexis Cruz Q & A.

Alexis Cruz sur scène. Crédit photos : BeckyLandis's Library sur PhotoBucket.

Alexis Cruz sur scène
Crédit photos : BeckyLandis’s Library sur PhotoBucket.

C’est donc Alexis Cruz qui ouvrira le bal et sera officiellement le premier acteur de Stargate que je verrais en chair et en os. Il n’est pas très grand mais charmant malgré tout. Il n’a pas vraiment changé physiquement… Les fans présents s’accordaient à dire qu’il avait dû oublier de vieillir. Il porte – sans raison particulière – un kilt qu’il a « américanisé » (d’après son propre aveu). Voilà une chose qui incite au respect 🙂

Il soulève avec beaucoup d’humour quelques points un peu illogique de SG-1. Par exemple, il rit du fait qu’Oma Desala ait aidé tout Abydos à réaliser l’ascension à la fin de Full Circle alors qu’elle n’était déjà pas bien vu par les Anciens. Il pense que les Anciens ont dû avoir un choc en voyant tout ce monde débarquer, et se demander d’où ils pouvaient bien venir ! Du coup, il pense que l’ascension de Skaara s’est vraiment très mal passé.

Il explique également comment il a réussi à faire de Skaara un personnage important du film originel (chose qui n’était pas dans le script) ce qui lui a ouvert des portes pour le futur de la franchise. Il nous a aussi appris que 80% des dialogues du film étaient improvisés. Il nous raconte ensuite que, lorsqu’il a auditionné pour le film, son agent lui avait dit qu’il s’agissait d’un « low budget sci fi film that he should pass on ». Mais Alexis était tellement heureux d’avoir du travail (même si c’était trois lignes et pas en anglais !) qu’il ne l’a pas écouté, ce qui s’est révélé être une excellente décision. Il avoue ne s’être rendu compte de l’importance du futur film que lorsque Dean Devlin lui a montré la figurine de Skaara.

Il travaille actuellement sur une BD Stargate, preuve s’il en est qu’il est encore très attaché à la franchise. Il a répondu à beaucoup de questions mais il est difficile de se souvenir de tout immédiatement. Mais quel début de convention ! 🙂

De 17h10 à 18h00 : Alex Zahara & Dan Payne, Q&A .

Alex & Dan Panel Chicon

Alex Zahara (à gauche) & Dan Payne (à droite) sur scène.
Crédit photos : Susan Shambaugh (skydrive.live.com)

Puis, c’est au tour du très divertissant duo formé d’Alex Zahara & Dan Payne de monter sur scène. Ils ont tous deux endossé la peau de bon nombre de personnages secondaires (enfin, tertiaires plutôt) dans les séries (Xel’s, Michael The Hippie, Unas, Eggar, Warrick etc. dans Stargate SG-1 pour Alex ; Kull Warrior, Big Wraith, etc. dans SG-1 et Atlantis pour Dan). Alex a des yeux bleus invraisemblables et le beau Dan est vraiment TRÈS grand (il fait près de deux mètres me semble-t-il).

Avec énormément d’humour, ils répondent aux questions des fans. Par exemple, Dan Payne nous racontait les sales minutes qu’il avait passé sur l’épisode Death Knell de SG-1 en tant que Kull Warrior d’Anubis (aussi appelé Super Soldier). Enterré vivant pour mieux ressortir de manière dramatique du sol (souvenez-vous : Carter venait d’exploser le Super Soldier – ou tout du moins, c’est ce qu’elle croyait avant de le voir resurgir du sol), son casque s’est retrouvé rempli de terre et il a dû patienter sans pouvoir respirer. Au final, il a tenu 2 min 30 sans air sous le sol avant de ressortir et de tirer approximativement (car il ne voyait plus rien) à l’endroit où il supposait qu’Amanda Tapping se trouvait ! Et Alex s’est déjà fait repérer dans un pays d’Europe me semble-t-il (je ne me souviens plus où exactement) par quelqu’un qui l’a reconnu grâce à son rôle de Michael le Hippie dans l’épisode 1969. Là encore, difficile de se souvenir de tout. Mais ces deux-là sont hilarants ! 🙂

Avant de retourner dans la salle pour aller assister au Cabaret, je remonte rapidement dans la chambre d’hôtel. Puis, je prends l’ascenseur pour redescendre, les portes s’ouvrent… et je me retrouve nez à nez avec Gary Jones ! Autant vous dire que je ne m’y attendais pas. Mais j’ai fait comme si de rien n’était (bien sûr que je croise Gary tous les jours en sortant de l’ascenseur… 😉 ) et j’ai été retrouver mes amies. Et là, Dan Payne marche juste à côté de nous dans les couloirs… ce qui est tout aussi naturel que de croiser Gary en sortant de l’ascenseur, vous en conviendrez ! J’adore déjà cette convention ! 😀

De 21h à 22h15 : Friday Night Celebrity Cabaret.

C’est l’une des rares autres « attractions » de la Convention à laquelle j’ai participé. Il faut dire que les journées étaient longues et fort bien remplies. Le Cabaret était un moyen de laisser les acteurs faire leur petit numéro.

Gary Jones Cabaret ChiCon 2013

Gary Jones ouvre le Cabaret.
Crédit photos : BeckyLandis’s Library sur PhotoBucket.

Le premier à venir sur scène est Gary Jones (Chief Master Sergeant Walter Harriman dans Stargate SG-1). Pour lui, aucun numéro. Il se contente de nous narrer une histoire vraie (en tout cas, c’est ce qu’il affirme), avec beaucoup d’humour malgré le sérieux de la chose.

Il nous raconte ainsi qu’il y a plusieurs années, sa femme avait rencontré une voyante qui lui avait dit : « Vous avez un mari très gentil et tout se passera bien avec lui… mais il mourra à 54 ans ». Sa femme avait explosé de rire (elle ne prenait pas du tout la voyante au sérieux) et a, par la suite, raconté ça a tout le monde, toujours en rigolant beaucoup (ça faisait beaucoup moins rire Gary apparemment 🙂 ). Le temps a passé et Gary s’est retrouvé à 54 ans… Et là, il s’est inquiété. L’année se déroule sans trop d’encombres jusqu’au tout dernier mois où, dans un avion, il fait une crise cardiaque. Emmené à l’hôpital, il appelle sa femme et lui dit très sérieusement qu’il ne veut pas qu’elle vienne car c’est sans doute la prédiction de la voyante qui se réalise. Pourtant, les médecins ne vont trouver qu’une petite indication de sa crise cardiaque, ce qui les laisse perplexe. Ils ne comprennent pas. Au final, c’était ce que Gary Jones appelle une « Fake Heart Attack » mais cela n’empêche qu’il est très sincèrement ravi de se tenir devant nous à 55 ans ! Il faut garder en mémoire qu’il a raconté ça avec énormément d’humour malgré le sérieux de son histoire. Il était hilarant (comme d’habitude) et ne cessait de répéter que cela n’aurait pas dû arriver car il faisait du sport. « Because I run ! » était la phrase clef de son histoire. Bref, il était excellent.

Puis, nous retrouvons avec une joie non dissimulée Alex Zahara & Dan Payne. Ils ont décidé de nous faire un sketch sur les auditions ratées pour le pilote de Stargate SG-1. Tour à tour, ils rentrent dans la peau d’acteurs célèbres ( Clint Eastwood & William Shatner pour Alex, Christopher Walken & Keanu Reeves pour Dan), se moquant gentiment d’eux.

DSCN6418_zps5f278549

Dan Payne dans la peau de Christopher Walken.
Crédit photo : BeckyLandis’s Library sur PhotoBucket.

DSCN6430_zpsa8fba062

Alex Zahara dans le rôle de William Shatner.
Crédit photo : BeckyLandis’s Library sur PhotoBucket.

DSCN6447_zps17f66d76

Keanu Reeves (Dan Payne) nous fait un peu de « Matrix » sur scène !
Crédit photo : BeckyLandis’s Library sur PhotoBucket.

DSCN6454_zpsebdd195b

« For the ladies ! » – Keanu Reeves (a.k.a Dan Payne).
Crédit photo : BeckyLandis’s Library sur PhotoBucket.

DSCN6469_zpsaa4ac2fc

Clint Eastwood (Alex Zahara) est le dernier à faire son audition.
Crédit photo : BeckyLandis’s Library sur PhotoBucket.

Encore une fois, ces deux-là n’hésitent pas à faire le show et on sent bien qu’ils passent un très bon moment aussi. Ils sont tout simplement hilarants. Pour être honnête, leur sketch restera mon favori de la soirée. Cela fait un mois que cela s’est passé et j’en rigole encore rien que d’y penser !

IMG_1437

Alexis Cruz, Chico The Monkey & une fan sur scène.
Crédit photo : Susan Shambaugh (skydrive.live.com)

Enfin, le Cabaret s’achève avec Alexis Cruz qui nous propose un show plus adulte. Dans son premier sketch, il se glisse dans la peau d’un latin lover macho ; dans le second, il continuera de jouer le macho avec sa marionnette Chico The Monkey. Il invitera même quelqu’un du public à venir participer à son sketch et la fan a complètement joué le jeu. Là encore, j’ai beaucoup ri !

Le Cabaret est terminé et nous sommes censés enchaîner avec « The Friday Night Karaoke Party » (une fois encore, Dan Payne & Alex Zahara – qui, décidément, veulent vraiment passer du temps avec les fans – seront les hôtes). Cependant, vu que j’ai l’impression d’avoir vécu deux journées en une seule à cause de mon vol, je ne peux pas me permettre d’y aller. Le samedi sera une journée très chargée et j’ai vraiment besoin de dormir si je ne veux pas ressembler à un zombie complet lorsque je rencontrerais Joe Flanigan, David & Kate Hewlett, Ben Browder et Torri Higginson… Sur ce s’achève une très bonne première journée à Chicago.  

Poster un commentaire

Classé dans Conventions